VOISINS SERMONNANTS

Publié le par lambersart-yvon cousin

Quel plaisir de lire aujourd'hui sous la plume du journaliste Gilles Contraire le témoignage de Marjorie Deruwez, responsable de l'entreprise d'éco-pâturage dont les animaux défrichent depuis plusieurs mois le terrain vague des Grands Moulins de Paris à Marquette.
    Comme une réponse à mon texte précédent elle apporte la preuve que , même non institutionnalisé, même non réglementé, le dispositif "voisins vigilants" est efficace. "Les voisins des Grands Moulins m'ont appelée récemment un soir,dit-elle, car ils avaient vu deux jeunes entrer dans le site. Quand je suis arrivée,ils étaient tous dehors, en pyjama. Ils n'avaient pas appelé la police et avaient sermonné les jeunes , qui étaient partis..." N'est-ce-pas là la preuve que des citoyens responsables ,même sans l'onction de "voisins vigilants" peuvent être efficaces ?

Comme beaucoup le pensent ,je crois aussi que le dispositif doit rester souple. La délinquance "tourne". Pour prendre l'exemple de Lambersart (ailleurs ou en zone rurale,la situation peut être différente) il arrive que tel ou tel quartier , pendant un temps plus ou moins long, soit la proie ou la cible de cambrioleurs , de délinquants ou de perturbateurs. Nous avons vécu cela aux Conquérants, à Verghelles, à la Cité familiale... La vigilance de tous est alors nécessaire, et temporairement, sans qu'il soit besoin de désigner d' observateurs en chef ou de "collaborateurs du service public " rémunérés, on pourrait mettre en oeuvre une opération de voisins TOUS vigilants. Le reste du temps,les relations de bon voisinage et d'entraide devraient suffire .  
On gommerait ainsi (espérons le) le côté  contestable de la délation.

P.S. Rassurons nous . Tous les Français ne sont pas des délateurs. La preuve, cette idée de je ne sais  plus quel fin connaisseur de l'esprit français :" Les Français sont capables de donner des Juifs pendant la guerre , mais donner un coin à champignons, ça jamais !!!!"

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article