SANCTIONNER SANS EMPRISONNER

Publié le par lambersart-yvon cousin

 Un ami vient de me reprocher d'avoir écrit publiquement que je n'étais pas favorable à sanctionner les parents d'enfants délinquants .C'est ce qu'il a lu dans la presse, me dit-il .Désolé, mais ce n'est ni ce que j'ai écrit, ni ce que le journaliste a rapporté. Parce que d'autres que lui ont pu mal interpréter mes propos, je tiens donc à donner ici quelques précisions et à vous donner un exemple d'application à Lambersart .

 J'ai simplement écrit au Président de la République que, sanctionner des parents défaillants en matière d'éducation par 2 ans de prison comme le propose un député, me paraissait une réponse inadéquate . J'ai suggéré de condamner plutôt à des travaux d'intéret général au profit des communes : moins coûteux et n'éloignant pas les parents de leurs enfants. Travaux non spécialisés de propreté, de peinture,de logistique..facilement répertoriables .

 Dans mon esprit, chaque commune ,sauf les plus petites,devrait être tenue d'offrir ces travaux en fonction de l'importance de sa population. En cela je vais au-delà des dispositions actuelles qui ne sanctionnent que lorsque que la santé, la sécurité, la moralité ou l'éducation des enfants sont gravement compromises. Je ne suis pas laxiste .

 Je suggère en effet de sanctionner dès qu'il y a négligence constatée et répétée en matière éducative . J'ai été heureux de constater que le ministre de la jeunesse, en l'occurrence M P Daubresse faisait une analyse proche de la mienne.

 Concrètement, comment les choses pourraient-elles se vivre à Lambersart ?

 Imaginons un enfant de 12 ans repéré par ses enseignants, les services éducatifs voire la police comme livré à lui même et "déviant" comme disent les éducateurs. Après mise en garde et mise en demeure des parents par le maire sans effet positif, le juge saisi devrait pouvoir condamner le père ou la mère (la loi donnant à chacun d'eux l'autorité parentale) à une obligation de travailler sur son temps libre dans une des communes du canton .Une commune comme Lambersart de près de 30.000 habotants devrait mettre constamment à disposition 2 emplois de 35H/semaine ; une autre plus petite comme Wambrechies pourrait ne proposer que 10H par exemple .

 Ainsi, le parent condamné pourrait-il aller accomplir sa peine dans une ville proche de Lambersart ,les frais de déplacement et d'assurance étant pris en charge par l'Etat , y compris lorsque le "condamné" serait astreint à suivre un stage de parentalité au chef lieu du canton ou ailleurs. Le tout étant suivi par le service judiciaire de probation.On pourra toujours s'inquiéter des conditions d'accueil,de surveillance, de contrôle dans les communes ; mais ce sont là des détails qui peuvent se résoudre aisément si la volonté politique existe.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

HERNANDES JF 31/08/2010 04:21



Je suis tout à fait avec toi Yvon.