ROUCOUCOU-LEMENT COMMUNAUTAIRE

Publié le par lambersart-yvon cousin

On risque maintenant de voler à basse altitude dans la volière de Lille-Métropole .

 Depuis qu'un premier vice-président " a traité" dans la presse un ancien premier vice-président de "coucou" , je me dois de jeter un regard nouveau , un regard d'ornithologue , sur les volatiles qui se côtoient , s'accouplent, se donnent des coups de becs, se disputent un perchoir ou une gamelle de graines dans l'oisellerie communautaire.

Traiter son petit camarade de "coucou" n'est pas gentil en effet. C'est Graham Greene qui écrivait dans son roman " le Troisième Homme" : En Italie, pendant trente ans, sous les Borgia, il y a eu la guerre, la terreur, des meurtres sanglants. Cela a donné Michel-Ange,Léonard de Vinci, la Renaissance. En Suisse ils ont eu cinq siècles de paix. Et cela a donné quoi : le coucou" . Voyez ce n'est vraiment pas gentil . Ni pour la Suisse, ni pour le coucou .

 Bon, relativisons , on n"en est pas encore à se couvrir de fientes et les hommes politiques de haut niveau s' échangent assez souvent, en France, des noms d'oiseaux. C'est vrai que nos arènes politiques ont quelque chose de zoologique.

 A bien observer l'assemblée communautaire , on voit vite qu'il y a , disséminés dans l'espace, quelques oisillons blancs-becs qui ouvrent leurs ailes ; quelques perroquets aux discours convenus et lassants ; parfois un exotique qui tel le cacatoès à la huppe érectile (dit le Larousse) feint une grosse colère .

 D'autres se regroupent selon leur espèce ou leurs affinités.. Des pinsons républicains, des colibris ou des perruches se singularisent par leur ramage et leur message différents . Sur une branche les pics-verts picorent sans arrêt l'écorce de l'arbre de l'utopie tandis que les rouges-gorges ne cessent de chanter "misère ! misère !" .

 Malgré tout, cette volière est bien sympathique . Et moi, dans toute cela , qui suis-je ?

Un rossignol ? si c'est l'oiseau, ça me plaît. Mais un rossignol est aussi un objet démodé ou sans valeur . Là, mon ego en prend un coup !

Ah, j'oubliais ma dernière amabilité : de mauvaises langues prétendent qu'au dessus de cette volière aux gazouillis démocratiques il y aurait des oiseaux de proie, des rapaces . Vous y croyez , vous ?

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

HERNANDES JF 05/11/2010 07:43



Oui Yvon, je te comprends, il y a de quoi dans un zoo parfois, heureusement que tu as la tête froide et les idées claires pour ne pas ressembler à ce style de
volatile