REPONSES A DEUX COMMENTAIRES.

Publié le par lambersart-yvon cousin

Merci pour les commentaires à la suite du texte précédent " Histoires de Poilus .
Nadine , êtes vous certaine que le modèle  qui a servi aux deux statues est le même homme ? Peut-être faudra-t-il un jour photographier les deux têtes pour vérifier .

Paul pose une bonne question à laquelle je ne peux répondre mais je vais demander à nos historiens locaux Eric Parize, C Reynaert ou Jean Caniot de se mettre en quête . En tout cas cet impact de balle à l'épaule me fait penser au très beau poème d'Arthur Rimbaud que l'on étudie souvent au collège : "Le dormeur du val". La fin est  surprenante et sublime .
               
Le dormeur du val

C'est un trou de verdure où chante une rivière,
Accrochant follement aux herbes des haillons
D'argent ; où le soleil, de la montagne fière,
Luit : c'est un petit val qui mousse de rayons.

Un soldat jeune, bouche ouverte, tête nue,
Et la nuque baignant dans le frais cresson bleu,
Dort ; il est étendu dans l'herbe, sous la nue,
Pâle dans son lit vert où la lumière pleut.

Les pieds dans les glaïeuls, il dort. Souriant comme
Sourirait un enfant malade, il fait un somme :
Nature, berce-le chaudement : il a froid.

Les parfums ne font pas frissonner sa narine ;
Il dort dans le soleil, la main sur sa poitrine,
Tranquille. Il a deux trous rouges au côté droit.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

yvoncousin 10/08/2013 10:36


Magnifique aussi . Qui osera prétendre que ce blog n'est pas un encouragement à la poésie  ?

Paul LESCALLIEZ 10/08/2013 09:35


Je vais donc attendre !!  Mais je ne pense pas qu'il s'agisse d'un " trou de balle " car le calibre est imposant !!


Le poème  m'a remis en mémoire la très jolie chanson de Mouloudji " Comme un p'tit coquelicot " dont voici le dernier couplet :


Et le lendemain quand je l'ai revue


Elle dormait à moitié nue


Dans la lumière de l'été


Au beau milieu du champ de blé


Mais sur le corsage blanc


Juste à la place du coeur


Y avait trois gouttes de sang


Qui faisaient comme une fleur


Comme un p'tit coquelicot mon âme


Un tout p'tit coquelicot