PRESQUE EN DIRECT DU POULAILLER

Publié le par lambersart-yvon cousin

Je viens de recevoir un message d'un correspondant anonyme mais bien sympathique qui m'écrit :
"Il y a des poules qui se baladent dans l'avenue du maréchal Foch,cher monsieur Cousin. Avouez que le développement durable va un peu loin à Lambersart  "
Tout à fait d'accord avec lui je lui ai répondu immédiatement ,dans ma fonction d'adjoint à la sécurité  " J'envoie les poulets  ! "

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

robert HANICOTTE 14/12/2011 15:55


A l'approche du réveillon, j'aurais préféré voir déambuler une dinde et ses marrons .


  Signé :un lambersartois affamé...


 

JP Duthilleul 13/12/2011 10:37


J'ai cru un instant, lors de la lecture un peu hâtive de ce message, que le correspondant évoquait certaines professionnelles dont l'usage est de définir le métier comme étant le plus vieux du
monde ....


Ma première idée , je le confesse, fut de me réjouir de voir s'étendre à la proche banlieu, l'implantation d'une activité apparemment lucrative et ne manquant, ni de ... bras ni de clientèle....
Pour s'être ainsi pérénisée, la fonction ne peut qu' être louable et bénéfique, me disais je....


Et de me demander in petto si la réaction du prestigieux élu titulaire de ce blog était la bonne .....:  mettre aux trousses des dites gallinacées, des poulets dont l'actualité nous a
récemment démontré qu'ils étaient experts en la ... matière... n'était ce point introduire le goupil au sein du poulailler ? Mais, entendons nous bien, d'un goupil qui, loin d'éliminer la gens
volailleuse, se serait donné comme règle de conduite ,de mener à bien un "élevage" fructueux .... et d'échaffauder dans ma petite tête industrieuse, des perspectives de développement à grande
échelle, génératrices de débouchés , moteur nouveau d'une activité en souffrance, bouffée d'oxygène salvatrice d'une économie en panne.....


 Dans mon délire, je voyais Lambersart la jolie se muer en Lambasse cour.....Enfoncée la Bresse, Loué nous envoyait des stagiaires parfaire une éducation par trop embryonnaire,les grands de
ce monde  venaient faire leur marché ( non  non, je ne pensais pas à qui ... vous pensez ...! ), l'immobilier connaissait un boum mémorable ( fallait bien "loger" tout ces volatiles...)
bref, l'avenir s'annonçait lumineux, les lendemains qui chantent auraient l' akchent du nord...


 las, force fut pour moi de redescendre sur terre... l'article évoqué , loin d' être une prédiction de sursaut pour l'économie locale, ne prétendait dénoncer qu'une banale intrusion
cocotière, Las Végas se muait en Trifouillis les oies; il fallut bien admettre mon erreur, point de belles hétaïres à attendre sur des trottoirs pourtant entièrement refaits.


Mon parti fut pris sur l'instant: ma vengeance sera à la mesure de ma désillusion... qu' une gratteuse impénitente de terre à la recherche de vermisseaux s'aventure sur mon chemin et je ne
tarderais pas à obtempérer au voeu du bon roi Henri.... Pot, broche, four à pyrolise, tout me sera bon pour faire taire une rancoeur toute prête à s'étendre aux


coqs


canards


pintades


et les bêtes à poils n'ont qu' à bien se tenir !!!