MON PERE AVAIT 25 ANS (5)

Publié le par lambersart-yvon cousin

 

LUNDI 20 MAI      La nuit a été calme . Ce matin je peux me laver .Certains copains sommeillent encore . D'autres sont allés chercher de la salade au jardin et la préparent .Nous fouillons les armoires avec le caporal Boutten . Rien à croûter .Nous devons regagner nos positions . J'ai bien faim mais je n'ai plus rien car toutes mes affaires sont restées dans ma chambre à Colleret .

 La guerre commence vraiment .Nous savons qu'il nous faudra tenir tête à l'ennemi pour permettre aux renforts d'arriver . Notre « ligne » s'organise .On continue l'aménagement des trous ; les armes reçoivent des missions plus précises . J'ai 2 mitrailleuses dans mon groupe .

Durant toute la journée : bombardements d'artillerie et d'aviation. La résistance française sur la Sambre tient toujours . De temps en temps le cri « Au secours ! » retentit . Ce sont les camarades blessés . Il y a des tués aussi , hélas ! .

La nuit est tombée . L'heure approche où il nous faudra combattre . Le fort  (?)de Boussois a dû se défendre âprement . Dans sa direction nous entendons retentir le cri de «  Soldats français , rendez-vous ! »

Les moments sont lugubres , l'attente met nos nerfs à rude épreuve . Je me domine assez bien mais je me rends compte de plus en plus que nous sommes encerclés . Prisonnier ? Cela ne me sourit pas du tout. Il faudra consommer à bon escient les munitions car elles sont peu abondantes . J'ai nettement l'impression que nous ne saurions tenir longtemps .

 MARDI 21 MAI   Ils sont là ! ..   L'impression que j'avais ressentie a été moins forte que je l'avais prévue : la nuit a été calme . Nous sommes à présent au contact .Mes mitrailleuses sont entrées en action .Les balles sifflent un peu partout .L'aviation et l'artillerie ennemies sont de la partie .

On dirait que nous sommes particulièrement repérés. Je me faisais cette réflexion quand un obus tiré par un minenwerfer – c'est ce que je pense – éclate juste derrière moi . J'ai baissé la tête . Je me dégage de la terre qui m'a recouvert .

 Quelque chose de très chaud me coule sur la jambe gauche . C'est du sang . Je me traîne dans le petit entonnoir . J'envisage la mort . Ma petite femme,mon Yvon, maman et soeur, vous tous mes bien aimés êtes dans ma pensée .

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

yacine Bendiab 02/08/2010 10:54



Bonjouir Mr Cousin,


c'est avec motion que je repense aussi sans cesse à nos parents disparus, surtout à ma douce maman. On est père mis on oublit jamais ceux qui l'ont été pour nous .......


cordialement yacine



HERNANDES JF 31/07/2010 08:45



Emouvant récit d'un temps passé, que l'on ne peut oublier...