MON PERE AVAIT 25 ANS (11)

Publié le par lambersart-yvon cousin

 

DIMANCHE 30 JUIN          On a pu observer des restrictions sur la nourriture . Voici le menu quasi-invariable : Pain noir, 1/5 ou ¼ de pain . Le matin café ou thé ; confiture une ½ cuillère à soupe ou miel . Le midi, soupe assez épaisse, pommes de terre en robe des champs . Le soir, thé avec miel ou confiture ou saucisson . L'hôpital est en voie d'organisation . Fürth se trouve à moins de 20 kms de Nüremberg . Nous sommes donc en Bavière . Il y a des champs d'aviation dans la région . Souvent des avions sont dans le ciel , c'est une distraction .

 Parmi les caporaux de « la piaule » dont les noms sont inscrits par ailleurs , je note tout particulièrement A.*.., boulanger à B... . Il deviendra « la tête de Turc » de la chambrée tellement il est prétentieux . Quand ça ne dure pas trop, c'est un passe-temps de l'entendre développer des théories remplies d'inepties et d'explications confuses .

 MARDI 2 JUILLET     Ouverture de la neuvaine à N.D.d''Intercession . Je décide de la faire . Qu'elle protège mon petit Yvon .

 Je me représente bien le tableau que je garde présent à ma mémoire des années de ma jeunesse . Je te vois ,chère maman, te rendant à « notre petite chapelle » , notre seule propriété mais elle nous est précieuse -pour y allumer un cierge et réciter notre chapelet . Je sais que ta ferveur déjà très grande sera cette fois augmentée . Tu prieras pour ton fils et je suis sûr que pas une journée ne se sera écoulée sans que tu n'aies prononcé mon nom en y associant ceux de Marguerite **et d'Yvon .

 Quel bel exemple pour tes enfants , chère maman, que ta vie de labeur parsemée de pénibles épreuves qui n'ont jamais eu raison de ton courage chrétien et de ta confiance . Je suis fier de toi, et de tout coeur je demande à Dieu qu'il me soit permis – ainsi qu'à ma chère soeur -d'ensoleiller tes vieux jours . Ce serait si peu acquitter l'immense dette de reconnaissance que nous te devons .

DIMANCHE 14 JUILLET . Triste fête nationale . Je pense à tous ceux qui ont donné leur vie au cours de cette guerre . Que de deuils , de ruines , de misères...Pauvres veuves et mères éplorées, malheureux orphelins ! Ô Civilisation !

Notes :  * anonymé par moi-même pour ne pas nuire à ses descendants éventuels

             ** ma mère

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

HERNANDES JF 08/08/2010 07:26



La Foi est une aide précieuse, malgré cette période douloureuse...