MON PERE AVAIT 25 ANS (1)

Publié le par lambersart-yvon cousin

 

En août, j'avais pris l'habitude d'imaginer et d'écrire sur mon blog une histoire de Lambersart, « à ma façon » comme disent les chefs cuisiniers. Je m'astreignais à écrire au plus tard tous les deux jours . Un peu comme Balzac (un tout petit peu donc) et d'autres écrivains du XIXième siècle qui écrivaient au jour le jour leurs romans feuilletons publiés dans la presse nationale .C'est un défi parfois difficile à tenir , surtout en période de vacances .

J'ai quand même réussi à écrire « LES SEPT COQUILLARDS » ou la vraie fausse histoire des coquilles St-Jacques du blason de la ville de Lambersart , et ,l'an dernier, « LA SEPTIEME CENTURIE » ou le sejour sur les berges de la Deûle de soldats romains au milieu d'une tribu gauloise.

Changement de genre cettte année : je vais être copiste .

 En effet, le hasard a voulu que je retrouve le journal d'un prisonnier de guerre entre le 10 mai 1940 et le 19 novembre de la même année.

 Ce journal est celui de mon père .

 Il est écrit au crayon de bois, d'une petite écriture bien que belle,sur des feuilles jaunies et parfois déchirées . La lecture n'est pas aisée.Je voulais dactylographier le texte pour mes enfants et petits enfants qui n'auraient sans doute pas la patience de déchiffrer certaines pages à la loupe . Mais pourquoi, me dis-je, ne pas en faire profiter aussi mes amis du blog ?

 En prenant cette décision je vous permettais d' entrer dans la vie intime de mon père . En avais-je le droit ?  Ai-je le droit  , après son décès , de disposer ainsi de ses pensées et de ses sentiments ? Je pense que oui . S'il a écrit , c'était sinon pour qu'on le lise , du moins pour se souvenir lui même et porter témoignage de ce qu'il avait vécu .

 Son journal est donc bien le témoignage du vécu  ,sans ajouts ni retraits, d'un sergent de l'armée française à une période marquante pour la France et pour lui même.

 Je vous laisse découvrir.

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Bertrand 10/12/2011 10:48


Merci beaucoup de nous faire partager ce témoignage d'une drole d'époque. Originaire de Cambrai, mon grand-père a vécu une histoire comparable : engagé au 1er RDP, blessé le 17 mai 40, il a
été fait à prisonnier à l'hopital au Touquet avant d'être envoyé à Ziegenhain. Il a éte renvoyé en France comme votre père en novembre 40.  J'ai peu d'informations sur ces mois de
guerre et de captivité de mon grand-père et le récit de votrempère m'aide à imagiener ce qu'ils ont pu vivre. Auriez vous la trace d'un CANONNE dans le récit ?


MErci encore

lambersart-yvon cousin 10/12/2011 14:48



Hélas non . Je n'ai fait que retranscrire que ce qu'a écrit mon père. Je n'ai ucun autre document.
Cordialement



Philippe 10/08/2010 22:37



Bien sur qu'il fallait le faire. Rien n'est plus contagieux que l'exemple ... Je suis fier de mon grand père, je suis fier de mon père.



bambi 10/08/2010 11:24



Merci de nous faire partager l'histoire de votre père.



HERNANDES JF 04/08/2010 05:34



Merci Yvon de nous permettre cette lecture, sensible au témoignage laisser par ton Papa.



MCL dite "Titine" 28/07/2010 08:17



Bravo Yvon. Très bonne initiative comme toujours. C'est une histoire qui sera certainement très intéressante à lire et riche d'enseignements sur cette période sombre vécue par nos anciens. Bon
été. Bien amicalement et surtout merci pour la faveur accordée à Eric. MCL