LETTRE AUX LAMBERSARTOIS

Publié le par lambersart-yvon cousin

Pour me rejoindre :   Chère Madame, cher Monsieur,

   J’ai décidé de ne plus soutenir M.-Ph. Daubresse.

Je lui ai exprimé récemment les conditions du renouvellement de mon engagement à

ses côtés en tant que premier adjoint :

- le respect du non cumul des mandats et sa présence réelle dans la ville ;

- la construction d’une équipe municipale qui ne soit plus une “Cour” adhérant

au culte de la personnalité ;

- la fin immédiate des privilèges qu’il s’octroie ;

- le remplacement du directeur général des services dont la gestion du personnel

municipal est mal acceptée ;

 Comme seule réponse M.-Ph. Daubresse m’a proposé un poste de conseiller régional ! A-t-il voulu m’acheter ?

La vérité est que le maire et moi nous n’avons plus les mêmes valeurs.

D’année en année nous nous éloignons.
J’ai connu un M.-Ph. Daubresse ouvert et à l’écoute.

Aujourd’hui, ses ambitions politiques tortueuses, sa recherche de notoriété, les « petits arrangements entre   amis», dixit O. Henno, et les combines politiciennes l’ont éloigné définitivement des préoccupations   lambersartoises. Depuis des années, j’ai émis en vain des critiques au sein de l’équipe municipale qui m’ont   valu une mise à l’écart. Où sont passées les valeurs que nous partagions ?

Personnellement je garde l’idéal de proximité, de sincérité et d’authenticité.

Aujourd’hui une limite a été dépassée, seuls deux choix restent possibles pour vous et pour moi.

Le premier est de se résigner en ayant la certitude que les choses continueront tranquillement. Il suffit pour   cela d’habiller notre conscience en nous disant que le plus important est de se consacrer...à soi.

L’autre est de s’opposer et d’oser dire que certains comportements, mensonges, copinages et compromissions

sont intolérables, même si les programmes électoraux sont voisins.

Je suis prêt à m’engager sur ce deuxième choix et j’invite celles et ceux qui veulent tourner la page de cette

politique autocratique et d’influence à se regrouper.

Aujourd’hui, vous le sentez bien les conditions sont réunies pour mettre un terme à ces comportements.

Je m’engage donc et je vous propose un esprit nouveau

Cet esprit nouveau je souhaite le créer avec vous. Je mets à votre service mon honnêteté, ma disponibilité,   mon respect des lambersartois.

Je souhaite réunir une équipe où l’expérience des plus âgés s’unira à l’ardeur des plus jeunes.

La sagesse et la jeunesse peuvent s’unir   pour aller de l’avant et faire mieux

Yvon COUSIN

 

 

 

 

Document réalisé par l’imprimerie RÉMY - LAMBERSART

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

dimitri 19/11/2013 10:58


J'aime beaucoup votre commentaire "Trismégiste"!


En effet, le premier degré de la folie est de se croire sage, et le second est de le proclamer !


La flèche que vous lancez contre Monsieur Daubresse reviendra sur vous Mr Cousin.


Ma femme et moi sommes outrés d'un tel comportement, votre lettre a fini à la poubelle "naturellement"

Trismégiste 18/11/2013 21:40


Comme de nombreux Lambersartois, j'ai reçu votre lettre...
Dans quel camp vous situez-vous lorsque vous dites que la sagesse et la
jeunesse doivent s'unir ?
Gageons qu'à l'âge fort honorable d'une vie bien remplie de 75 années,
il est peu réaliste de vous positionner dans la jeunesse...
Il nous reste donc la sagesse, mais n'est-ce pas la marque d'un égo fort
prononcé que de s'en revendiquer ?
"L'expérience des gens plus âgés" signifie-t-elle que l'on deviendrait
plus intelligent avec l'âge ? La science, pourtant
nous démontre le contraire, puisque nous perdons environ 100000 neurones
par jour dès notre naissance, certains hélas plus vite que d'autres...

Plus sérieusement, peut-on se prétendre sage, lorsque l'on agit de la
sorte avec ses proches où tous les coups sont bons
pour atteindre sa cible ?
Dans la "Divine Comédie", le dernier étage d'un enfer glacé est reservé
au traîtres et aux parjures...

L'étroitesse semble hélas dominer chez vous, bien davantage que la
sagesse d'esprit...
Comment donc vous situer ? Quelquepart entre la victimisation et
l'irritation ? En dehors de l'espace et du temps ? Qui peut le dire...
Dans tous les cas, je l'espère bien vite, loin de Lambersart
naturellement

a f belaval 12/11/2013 22:49


Message reçu!!