"LE MENSONGE N'EST JAMAIS INNOCENT" *(Camus)

Publié le par lambersart-yvon cousin

J'ai été surpris de lire dans le dernier numéro du magazine municipal le compte rendu du bilan de la video-protection à la Cité familiale,présenté en commission . J'ai été surpris car il est d'usage de ne pas communiquer publiquement les travaux des groupes de travail et des commisssions . Enfreindre cette coutume n'est pas grave en soi -il n'y a rien à cacher – sauf lorsque , comme le prétend la représentante « d'Ambition pour Lambersart » elle veut rapporter les conclusions « dans leur intégralité » et qu'elle ment.! Ouh la menteuse ! Je vous en donne 2 exemples :

Elle ment en jouant sur les mots . Le document qui a été distribué en séance dit que « l'insécurité n'est plus signalée dans les Conseils de Quartier. »  Commentaire de la rapporteuse : « c'est surtout dans les assemblées de quartier que s'exprimait le sentiment d'insécurité. Elles ne se sont pas encore tenues en 2012 ».

Avez-vous compris l'artifice ? Elle mélange astucieusement conseils de quartier et réunions générales du quartier ! (assemblées). Ainsi le lecteur peut croire que la municipalité le manipule. Loupé !

Elle ment aussi par omission . Le document distribué aux élus signale que « 2 éducateurs avaient été affectés en 2009 au quartier...Effet : baisse immédiate de la délinquance mais remontée en 2010 ». Savez-vous comment cela se traduit ?

La mention « remontée de la délinquance en 2010 « est purement et simplement supprimée.. ce qui permet de poser ingénument la question de savoir si ce sont les caméras ou les agents qui ont eu un effet bénéfique ! Démasqué !

Les sympathisants d' « Ambition pour Lambersart », soucieux de vérité ,apprécieront ces rectificatifs,je n'en doute pas.

Comme dit un vieil adage « qui veut moucher autrui doit avoir les doigts propres ».

La représentante d'Ambition pour Lambersart reste dans l'infime minorité des citoyens qui s'opposent encore à la video-protection jusqu'au jour où ils réclameront une caméra devant chez eux parce qu'ils auront été cambriolés.On peut comprendre leur hostilité à cette forme complémentaire de lutte contre la délinquance mais pourquoi tenter de convaincre en mentant ?

 

*personnellement je pense que le mensonge est rarement innocent

 

 

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

yvon cousin 21/08/2012 09:30


Cher monsieur Bouche ,


Ai-je déstabilisé à ce point votre binôme  pour que ,m'adressant et "culpabilisant" l'un de vous deux, c'est l'autre qui me répond avec des arguments somme toute mineurs.


Vous écrivez que j'aurais pu rappeler que c'est à votre demande que le bilan a été fait. C'est vrai mais vous l'avez écrit dans le magazine municipal,; devais-je le rappeler ? J'aurais pu aussi
écrire  que j'en avais eu l'idée avant vous. A quoi bon ? Querelle mesquine.


Vous  déplorez  le peu de place dont vous disposez dans le magazine municipal . Pourquoi alors prétendre et faire croire que le  compte rendu est  intégral ?


Vous écrivez que j'aurais pu rappeler que "l'Etat peut financer à 50%"et qu'il n'a financé qu'à 40%" . Mais n'ai-je pas dit, moi aussi "peut" ? J'ajoute que si nous avions
laissé échapper cette aide exceptionnelle vous nous l'auriez peut-être reproché...avec raison.


Vous écrivez que dans le document qui a été remis en commission il est précisé "que c'est en assemblée de quartier  que s'exprime le sentiment d'insécurité". C'est faux.au recto du
document vous pouvez lire " En conseils de quartier sont systématiquement abordées depuis 2008 les questions de rassemblements de jeunes..."..Mais je vous accorde qu'en 2010 il y a quand
même eu 2 assemblées houleuses dont l'une a été d'initiative municipale puisque nous avions invité le directeur départemental de la sécurité publique à venir nous informer .
Au verso, vous pourrez lire aussi qu'une fois les caméras installées "l'insécurité n'est plus signalée dans les conseils de quartier".       Relisez
bien  
!!!                                          


Vous me demandez sur quelles statistiques je me fonde pour affirmer "qu'une infime minorité s'oppose encore à la video". Vous avez raison !  Je n'ai pas de données chiffrées .Mais
je participe à plus de 18 réunions de quartiers par an sans compter les autres réunions ou manifestations et je peux réaffirmer que les demandeurs de video sont largement plus nombreux que
ceux qui y sont opposés.  Faudrait-il que je tienne une comptabilité  ? L'écoute vaut souvent les statistiques
.                                                 


Enfin, vous affirmez que vous ne changerez pas d'avis sur la video ,même si vous êtes cambriolé . Je vous crois mais n'avez vous pas remarqué que ma remarque était une petite provocation  ?,
que je qualifierai d'"outrance" pour vous faire plaisir !                 


Maintenant je vais vous faire un grand plaisir : avez vous remarqué  ci-dessus qu'à plusieurs reprises je vous donnais raison  ?  De grâce , si vous vous en faites état, ne sortez
pas les citations du contexte ! Je fais appel à l'honnêteté dont vous vous réclamez.


Sans rancune


Yvon COUSIN


 

Nicolas Bouche 18/08/2012 16:32


Monsieur Cousin,


Article publié le 3 juillet sur notre blog, et début juillet dans le magazine municipal !


Peut-être auriez vous pu rappeler que, si vous en avez parlé en commission le 7 juin, c’est parce que nous vous avons interpellé le 11 mai,
afin d’obtenir un bilan, au terme d’un an de vidéo-surveillance ?


Peut-être auriez-vous pu rappeler que nous avons droit  à 1983 caractères au total dans les pages
du magazine municipal, et, qu’en conséquence, il nous est impossible de publier « in extenso » le compte-rendu de la commission (qui, de surcroit, révèle les emplacements des
caméras) ?


Peut-être auriez vous pu rappeler que la subvention reçue se monte à 40% (38.8% exactement, ne mégotons pas), alors que, lors du débat le 11
décembre 2009, vous aviez annoncé que « l’Etat peut financer 50% du coût » ?


Nous attendons la prochaine assemblée de quartier de la Cité familiale, puisque, comme il est précisé dans le document qui nous a été remis,
c’est en assemblée de quartier que s’exprime le sentiment d’insécurité (et non pas en conseil de quartier).


Par ailleurs, je me demande bien quelle statistique (ou, au pis, sondage) vous permet d’asséner qu’une « infime minorité » s’oppose
à la vidéo-surveillance.


Enfin, c’est faire injure à notre rigueur morale et intellectuelle que d’affirmer que, si nous étions un jour cambriolés, nous réclamerions
une caméra devant notre domicile !


Comme vous, nous souhaitons que les Lambersartois puissent vivre en toute sérénité. Mais, à l’inverse de vous, nous pensons qu’une
vidéo-surveillance passive est particulièrement onéreuse, pour une efficacité quasi-nulle.


Nicolas Bouche

yvon cousin 13/08/2012 13:54


J'y vois 3 explications :


1* Le maire de l'époque et son ajoint  ont tenu compte de vos remarques. Ce qui est signe d'écoute, de reflexion et d'intelligence !  Ce qui devrait vous réjouir.


2* Le choix d'alors était de donner la priorité à la création et au développement d'une police municipale. En conseil municipal vous avez demandé à plusieurs reprises l'augmentation des effectifs
policiers.


3* Aujourd'hui les techniques de video ont évolué (le numérique a remplacé l'analogique) , les coûts ont baissé et l'Etat sarkozyste subventionnait à 40%... Nous voulons bénéficier de ces
conditions nouvelles tout en maintenant notre police municipale.


Je pense que vous pouvez être d'accord là-dessus.


Cordialement


Yvon COUSIN

Eric DARQUES 12/08/2012 23:46


Oui...tout le monde y vient à la vidéo protection...Cela me rappelle la campagne municipale de 2001, durant laquelle une liste avait fait campagne pour une efficace mise en place de
caméras...s'attirant les foudres du maire d'alors!!! Au fait le maire de l'époque et son adjoint à la sécurité ne sont ils pas toujours les mêmes?