L'AUTRE POINT DE VUE

Publié le par lambersart-yvon cousin

Voici le texte intégral que j'ai envoyé pour publication dans le magazine municipal distribué ce vendredi 30 mai. Il faut croire qu'il a bien touché sa cible car le maire qui en a eu connaissance avant l'impression s'est hâté de répondre poussivement à chaque argument !

L’AUTRE POINT DE VUE
Contrairement à ce que proclame le maire, le respect des droits de l’opposition n’existe pas à Lambersart. Ceux qui n’ont pas assisté au récent conseil municipal où a été présenté le budget de la ville n’ont eu pour information que le commentaire partial paru dans la feuille de propagande hebdomadaire. Nous allons donc demander à nous exprimer dans chacune des publications municipales, comme la loi et la jurisprudence nous le permettent.Bientôt nous vous dirons aussi dans quelles conditions nous devons travailler.
Qu’avons-nous dit le 7 mai lors du conseil municipal? Nous avons tout d’abord répondu à l’injonction du maire qui affirmait ici même en avril que l’opposition doit choisir « entre le consensus et la lutte frontale ». Etait-ce une invitation à entrer dans son monde des « bisous-nours » ? Qu’y gagneraient les presque 50% de Lambersartois que nous représentons ? Notre rôle n’est pas de consentir et d’approuver sans réserve .Nous ne sommes pas dans la moutonnerie et nous ne voulons pas couvrir des excès ou taire des insuffisances.Il faut donc que l’opposition soit respectée, qu’elle ait les moyens de bien travailler, d’informer et d’être informée. « Dans ces conditions nous vous aiderons, sinon nous vous combattrons » avons-nous conclu.
Il a fallu aussi rétablir la vérité sur le budget : c’est un budget terne, en trompe l’œil , le budget des désillusions post-électorales.
Terne ? oui. Au lendemain d’une élection où chaque équipe a présenté un programme, on pouvait s’attendre de la part de l’équipe gagnante à un élan, à une dynamique , à un début de réalisations de projets. A de l’enthousiasme même ! Rien de tel. On s’est ennuyé à écouter la présentation d’un budget sans ambition ni perspective. Certes les temps sont durs et ne se prêtent pas aux rêveries. Mais nous , nous aurions mis immédiatement sur les rails la création d’un jardin d’enfants, un élargissement des horaires d’accueil des centres de loisirs, un accueil de jour et la conduite accompagnée pour les personnes âgées ou porteuses de handicap. Et cela sans dépenses supplémentaires mais en économisant dans d’autres secteurs budgétaires. Hélas, Le budget présenté n’a proposé aucune innovation. On fait du sur place.
Une innovation quand même à signaler : l’octroi de 2 journées de congé exceptionnel à tous les agents. Une juste récompense écrit le maire « pour votre mobilisation durant la période électorale des municipales » .Faut-il en déduire que certains agents ont rendu des services exceptionnels ?
C’est aussi un budget en trompe-l’œil. Il est bien tardif ! N’est-il pas ridicule de présenter un budget annuel presque en milieu d ’année alors qu’on aurait pu simplement l’ ajuster après les élections ? Trompe l’œil aussi de le comparer au budget précédent et à des données de 2012 ( !) au lieu de le comparer aux dépenses effectivement réalisées l’année dernière. Difficilement lisible aussi car les politiques municipales sont présentées sans tenir compte des frais de personnel .Des budgets, comme ceux de la communication ou des relations publiques, par exemple,sont présentés en baisse car certaines charges sont transférées ailleurs.
Autre sujet d’étonnement, le nombre et l’importance des dépenses classées sous la rubrique « divers » n’est pas de nature à facilter la compréhension du document budgétaire ! Enfin, marque de défiance ou souci de dissimuler( ?) ,certaines questions anodines comme par exemple le montant de l’amende que doit payer la ville pour insuffisance d’emploi de travailleurs handicapés (4193€)ne peuvent obtenir de réponse qu’après insistance.

Le budget présenté peut aussi être qualifié de « budget des désillusions ».Reportons nous quelques mois en arrière. Le maire accusait ses adversaires de démagogie et de promettre de raser gratis quand certains, -c’était le cas de « Lambersart,le cœur en plus ! » - annonçaient une baisse des impôts locaux que chacun reconnaît être les plus élevés du secteur . 40% pour la taxe d’habitation (T.H) contre 26% à La Madeleine, par exemple. Cette T.H a baissé en prévision de l’élection de 1% en 2012, de 1% en 2013….et de 0% en 2014 ! Désillusion !
On ne fera pas le procès des faibles investissements dûs en partie à la situation économique. On peut même se réjouir de la baisse annoncée des budgets relations publiques et culture qui étaient et qui restent trop importants. Le seul budget « culture » est le double du budget « sports » pourtant indispensable à la diffusion des valeurs de bien-être et de civisme. Il est aussi supérieur aux budgets enfance ou jeunesse. Ce dernier baissant de 22%. Nous ne pouvons pas accepter ces choix. Quant à la sécurité que le maire qualifiait de priorité dans son premier tract électoral, elle a aussi un budget en baisse et certains agents ne sont pas remplacés . Qui rasait gratis en proclamant qu’il y aurait des patrouilles nocturnes ? Qui fera ces patrouilles ? Va-t-on embaucher ou est-ce aussi une nouvelle désillusion pour l’emploi ? .
Dans un des derniers « Lambersart-Infos » le maire regrettait la baisse drastique des crédits d’Etat et la chute de 8% puis de 15% du nombre de contrats d’apprentissage où les débouchés atteignent pourtant 80% à l’issue de la formation. Mais lui, que fait-il ? Nous n’avons qu’UN apprenti à la mairie et nous ne faisons aucun effort pour embaucher des personnes handicapées nous contentant de donner quelques travaux à faire à à un centre d’aide par le travail. Bref, dans des domaines essentiels de notre vie sociale : emploi,solidarité, sports, jeunesse,la ville ne fait pas les efforts nécessaires,même à budget constant.
Le conseil municipal a été aussi l’occasion de rappeler que les élus de « Lambersart,le coeur en plus ! » ont été écartés de certaines structures : évincés du centre social qui attend toujours ,malgré la promesse électorale ,de pouvoir bénéficier de la totalité du premier étage du Pôle Animation ; évincés du conseil d’administration de l’association « Amitiés internationales » passé sous la coupe politique du maire ; évincés aussi du SIVOM où aucun siège sur les 26 disponibles ne leur est attribué.
Nous considérons qu’il y a là un déni de démocratie, une mesquinerie revancharde. Le prétexte ? Nous aurions dit que nous nous retirerions du SIVOM si nous étions élus. Nouveau mensonge ! Il suffit de relire notre programme pour savoir que nous n’avions cette intention que si, après concertation, nous n’arrivions pas à une mutualisation forte des moyens. Le SIVOM nous coûte en effet cher pour des résultats et une efficacité qui mériteraient d’être évalués.L’idée n’est d’ailleurs pas nouvelle . Il y a quelques années,quand cette structure intercommunale était présidée par O. Henno, alors le meilleur ennemi de M.P Daubresse., ce dernier avait envisagé de s’en retirer .Mais aujourd’hui il préside et il est secondé par 11 vice-présidents (dont bien sûr B. Astruc) pour 153000 habitants . A la Communauté Urbaine il y a 20 vice-présidents pour 1,1 million d'habitants . Cherchez l'erreur !

Le conseil a aussi voté les subventions aux associations. Peu de changements cette année car une réflexion est engagée sur une modification du mode d’attribution .Nous avons par exemple repéré qu’une association bénéficiait chaque année depuis 5 ans d’une subvention « exceptionnelle » et que de grandes disparités existaient dans l’octroi de ces avantages financiers.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Belaval Annie-France 31/05/2014 15:55


comment se répartit le budget à la culture? N'y a-t-il pas confusion avec la com


J'avoue être ulcérée de ne jamais voir le Café au calendrier alors qu'on y voit belote et loto!Là aussi j'aimerais qu'il y ait égalité...


Votre Capucine n'a jamais donné signe de vie malgré l'invitation...et notre souhait de rajeunir la moyenne d'âge et de voir s'enrichir notre groupe

yvoncousin 31/05/2014 13:05


Evidemment je ne m'oppose pas à la culture ! Je souhaire simplement que son développement ne se fasse pas au détriment du sport ou de l'enfance . Il doit y avoir égalité de traitement. Ce n'est
pas le cas à Lambersart.


 

Belaval Annie-France 31/05/2014 11:23


j'ai peut-être mal interprêté vos propos! Que mettez-vous sous le terme culture pour vous réjouir de la baisse de son budget? pour mettre en cause le fait que le budget culture soit le
double du budget "sports" indispensable à  La DiFFUSION DES VALEURS DE BIEN-ëtre et de CIVISME.


La CULTURE, c'est la lutte contre l'OBSCURANTISME, la LUTTE POUR LES DROITS DU CITOYEN, L'école de la tolérance et de l'ouverture d'esprit...


Je suppose donc que vous n'avez pas appuyé la demande de subvention du Café Littéraire de Lambersart (qui n'a rien eu l'an dernier); pour rester une association, nous avons besoin d'un
budget, sinon nous nous retirerons pour redevenir un groupe d'amis échangeant sur leurs lectures, ce que nous serions restés sans les pressions municipales. Mes efforts pour le rayonnement
culturel de Lambersart ne sont pas reconnus localement: ils le sont à Lille, Paris, Dakar,Douala etc