IDENTITE LAMBERSARTOISE (suite et fin)

Publié le

 Depuis mon premier article sur l'identité lambersartoise et le commentaire fort intéressant de Paul Lescalliez, je n'ai guère avancé dans ma reflexion . Je vous propose quand même une définition : l'identité lambersartoise serait un ensemble de caractères propres aux Lambersartois qui se traduirait par un sentiment d'appartenance à une communauté différente des autres .
Peut-être faut-il donc d'abord se demander quels sont ces caractères communs à tous les Lambersartois quels que soient leur catégorie socio-professionnelle, leur âge,leur quartier, leur implication dans la vie communale ...
 On peut alors se poser quelques questions :
1* Faut-il habiter Lambersart pour être Lambersartois ? A priori, oui, même si des "expatriés" contesteront ce choix. On peut en effet avoir "l'esprit" lambersartois en résidant à Besançon ou ailleurs. Mais l'esprit n'est pas l'identité.
 2* Tous ceux qui habitent Lambersart ont-ils l' identité lambersartoise ? Je ne le pense pas .Pour certains, notre ville n'est qu'un lieu de résidence, voire un campement . Au contraire, il faut, je crois, être tenu à la ville par un ou plusieurs liens .
 Quels liens ?
Un lien physique  tout d'abord par la connaissance ou l'appropriation individuelle d'un paysage ou d'un décor qui est reconnu -consciemment ou non - par une majorité, comme faisant partie du fonds commun .
 Des lieux "cultes" en quelque sorte. L' avenue de l'hippodrome ou l'une des autres avenues historiques ; le parc des Charmettes aussi, les berges de la Deûle... Tous ces "paysages" qui font que Lambersart n'est pas Hellemmes, Ronchin ou Lomme. 
Ce peut être un lien affectif aussi , partagé par un grand nombre : un moment fort vécu ,celui de l'enfance et de la première école,des cérémonies de mariage à l'hôtel de ville, des années- lycée , une situation de guerre pour certains.. ou un lien à travers une personnalité locale qui a marqué. Certains moments forts ,certaines personnalités ont marqué à jamais un grand nombre de Lambersartois ., Ils ont ancré Lambersart dans les esprits ou les coeurs.
 Les liens sociaux ,malgré l'individualisme triomphant,créent aussi de l'identité : le groupe des voisins, les commerçants de proximité , les membres des associations,des clubs auxquels on participe... font que chacun agit et réagit à ce qui l'entoure et se fait ainsi " reconnaître". Et en étant reconnu par une communauté on ne peut qu'éprouver un sentiment d'appartenance à cette communauté.
L'anthropologue Lévi-Strauss récemment décédé prétendait d'ailleurs que les identités ('il parlait des identités nationales) se construisaient justement par ces interactions qui différencient les hommes de leurs voisins, un groupe d'un autre groupe.

Enfin, je pense que l'identité lambersartoise résulte aussi d'une "émotion". Le général de Gaulle avait " une certaine idée de la France" . N'avons-nous pas ,chacun ,une certaine idée partagée de Lambersart faite d'une ville verte, d'une ville de transition entre Lille et les campagnes de Lompret ou de Verlinghem ; d'une ville sans usine, sans Z.U.P. Une ville de quartiers juxtaposés, aux identités bien marquées, où les habitants s'enorgueillissent secrètement de la réputation de ville du "bien-vivre", festive (le poids de l'Histoire ?) et paisible . Une ville enfin où l'on est en majorité plus conformistes qu'avant-gardistes.
L'identité lambersartoise est un peu tout cela :l'appropriation physique d'un périmètre urbain plus agréable que d'autres, des liens affectifs et sociaux qui se manifestent par une fierté qui n'a pas l'arrogance d'autres villes  dites "bourgeoises".

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article