ET POUR FINIR ,UN PEU D' HUMOUR QUAND MEME

Publié le par lambersart-yvon cousin

Des années après la guerre, les anciens combattants de 39-45 se réunissaient encore pour se raconter leurs exploits . J'écris "leurs exploits" car souvent ils n'hésitaient pas à "gonfler" un peu . C'est humain et ils le méritaient bien . Après tout, le port de Marseille n'a-t-il pas été un jour bouché par une sardine ? Alors ....

J'ai connu ces soirées mémorables quand je m'endormais d'épuisement sur la table ou recroquevillé dans un fauteuil à l'écoute des récits de faits glorieux ou atroces . Les plaisanteries étaient aussi de la partie comme si elles libéraient les esprits de charges émotives très fortes .

C'est ainsi que , pour en revenir à mon père, un de ses amis, Albert Suroy,le mettait souvent en boîte en lui rappelant qu'il avait été bléssé à l'arrière de la jambe . C'est donc qu'il était en train de s'enfuir !! ; et qu'au lieu de se voir honoré de la médaille militaire ,on aurait dû le juger en conseil de guerre !!

Plaisanterie de bidasse !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

HERNANDES JF 26/08/2010 16:02



J'apprécie la fin heureuse du récit de ton papa et si j'avais le pouvoir je lui décernerais la médaille de l"AMOUR", car pas un seul instant il oubliait les êtres qu'il aimait. Merci pour ce
témoignage qui méritait aisément tes lignes.