EMPREINTES POETIQUES

Publié le par lambersart-yvon cousin

empreintes-poetiques-photo-copie-1.jpgElles divisent. Il y a les « pro » et les « anti » .
Les uns accusent d'avoir gaspillé l'argent public pour graver dans la pierre des mots ténébreux et pédants : l' anamorphose, les boutisses et les panneresses doivent se sentir visées. Les autres reconnaissent qu'il a fallu de l'audace et beaucoup de talent pour marier des mondes aussi différents que la voirie et la poésie ou donner vie poétique à des quartiers disparates de la ville . Vous l'avez deviné : ce sont les dalles de l'avenue du maréchal Leclerc qui font parler .

C'est vrai qu'on aurait pu se contenter de graver le nom d'hommes et de femmes célèbres, de bienfaiteurs de l'humanité, de Lambersartois de qualité... 80 noms sur 80 dalles, ça se trouve. Le choix s'est arrêté sur les slams. Des slams ? Oui, de petits poèmes en prose et libres . Le maire en a confié l'écriture à Martine Salmon en lui demandant de traduire librement ses impressions sur Lambersart .Elle préfère le mot "empreintes ". Sous la forme d'une promenade à travers la ville, guidée par quelques rappels historiques fournis par C. Reynaert, la slameuse a donc sublimé nos quartiers .

L'agrément est à la hauteur de l'effort que l'on consent pour entrer dans le monde poétique.

Marcher sur les dalles et lire superficiellement ne peut que décevoir . Les slams doivent surtout s'écouter .En poésie c'est souvent le son qui donne le sens .  Profiter ,comme l'ont vécu vendredi soir une centaine de privilégiés au Colysée, de la parole et du souffle de l'auteure a été un bonheur . Là, dans un silence complice, accompagné de quelques discrètes notes musicales,s'est opéré le miracle de la transfiguration. ..
La Deûle est devenue couleuvre d'eau ,
l
e métro s'est mué en reptile d'acier ,  
le quartier du champ de courses a revécu le temps où les ragots des galants et galantes gantées,au gala des galops ,pour un cheval, allaient au galop serré .
A la Cité familiale, Martine Salmon a bien senti que  l'homme a fait son nid et abrite ses petits    
tandis qu'au Pacot ,dans ce kaléïdoscope, chacun est un miroir pour l'autre    
et qu'avenue de l'hippodrome les villas , femmes bourgeoises ,sont figées en majesté .

« Entre Histoire et poésie, chaque quartier trouve sa place dans ce grand livre de pierre » lit-on dans le prologue écrit . C'est vrai . Ce livre, on ne peut pas se contenter de le feuilleter si l'on veut saisir Lambersart.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

JP DUTHILLEUL 07/03/2013 18:30


Bon, allez, j'ose, dans le concert de louanges béates et de bon aloi... Je me range délibérément dans le camp des antis !!!


Il y avait pourtant matière à une promenade éducative de qualité, Claude Reynaert et Jean Caniot eussent pu rédiger des textes pleins de saveur et d'enseignements. On aurait vu des familles se
pencher sur ces dalles, au lieu de ça, je n'ai surpris que des regards ironiques et des rictus navrés qui en disent long....Mais que peut bien comprendre un esprit petit bourgeois comme le mien,
nourri de Baudelaire, Apollinaire ou Rimbaud, à une oeuvre si puissante ?


 


Suivaient quarante lignes que j'ai préféré effacer, reflet accablant de ma piètre opinion du "contenu" de ces dalles.... je n'aime pas blesser !!!!

belaval 05/03/2013 13:36


hé oui il y a quelques années qu'on dit auteure et écrivaine...mais il y a peu on disait encore poétesse!!La langue vit! elle n'est pas figée même si parfois on a du mal à l'accepter!Ce fut une
excellente soirée et je remercie vivement Martine Salmon de m'avoir invitée (nous avons le même nom de jeune fille...il faudrait consulter nos arbres généalogiques...)

yvoncousin 05/03/2013 11:39


Tu as raison Marie Christine. Même si l'usage de cette féminisation se répand dans la presse, cet usage n'est pas accepté par nos académiciens !


Cordialement    Yvon

Marie-Christine LABURIAU 05/03/2013 11:03


Très bien l'article mais je ne peux m'empêcher d'être choquée paar un mot "l'auteure" !!! Ne dit-on pas un auteur que celui-ci soit masculin ou féminin ! Je trouve dommage de tout féminiser !
Est-ce que le dictionnaire l'accepte ?


Amicalement.