DES TIMBRES,DES LETTRES, ET DES HOMMES

Publié le par lambersart-yvon cousin

Ceres_20c_noir_01.jpgIls en ont des choses à montrer et à dire les philatélistes du Club de Lambersart  installés ce week-end pour leur exposition annuelle au Mont-Garin. ! Grâce à leurs vignettes on peut apprendre l'Histoire , la Géographie, les grands événements, les progrès scientifiques..etc .
Par chance,ce matin j'ai eu deux guides de choix :

M.Boucq, par exemple. Il possède une lettre datée de 1818,(!) portant la « marque postale »l'ancêtre du timbre-poste. Bien calligraphiée,comme on le faisait alors,cette lettre a été envoyée par un Lillois à son correspondant à Amsterdam pour lui commander 950 balles de coton de Géorgie (USA).

M.Starczewski, le président du club a lui aussi quelques anecdotes à raconter . J'ai retenu celle du premier timbre, apparu en 1841 en Angleterre .Cette année là, un ministre de sa Majesté se trouvait dans un pub quand « le facteur » est venu apporter une missive à la patronne.Celle ci refusa le courrier qu'elle aurait dû payer car à l'époque c'était le destinataire et non l'expéditeur qui payait le service postal. Intrigué, le ministre interrogea la dame sur le motif de son refus. Sans gêne elle lui dit que la lettre lui était envoyée par son fiancé militaire.Encore plus surpris, l'homme questionna à nouveau pour s'entendre dire que la dame n'acceptait les lettres que lorsqu'elles portaient un point sur le coin supérieur droit de l'enveloppe. Ce point était un code.Il signifiait que son fiancé n'aurait pas de permission prochainement. Le contenu de la lettre était alors précieux et il fallait payer pour en découvrir le contenu sinon à quoi bon payer quand l'élu de son cœur pourrait bientôt lui raconter sa vie militaire et lui jurer une fois encore son amour ? Ce code astucieux donna l' idée au ministre de l'intérêt du timbre payé par l'expéditeur et non plus par le destinataire ! Le premier timbre était né ! Evidemment les Français ont vite copié et en 1849 on imprimait notre premier timbre à l'effigie de Céres (photo).

Autre souvenir du président , l'année où M. Castrique alors directeur de l'école Pasteur de Lambersart demanda à ses élèves de lui apporter des lettres anciennes, sans doute pour les initier « à la vie d'autrefois ».M.Starczewski qui en possède de nombreuses en tira rapidement une de son stock et la confia à sa petite fille. Quelque temps après, M. Castrique le remercia mais avoua qu'il n'avait pas lu la lettre en classe : il s'agissait d'une lettre d'un amant à son amant....

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article