DES FILMS MUETS QUI nous PARLENT

Publié le par lambersart-yvon cousin

entree-films-en-concert.jpgOn a sorti le grand jeu : kakemonos;tapis rouge;buffet; invitations ; un parrain de festival plus anglais que Charlie Chaplin; « jazz again » et again;des prix de conservatoire à foison; des internationaux du violon, du piano,de l'orgue et de la direction d'orchestre... Tout y était ce jeudi soir pour l'ouverture du « Festival Films en concert » , festival de projections de films muets accompagnés en direct de musiciens de valeur.

Les amateurs ont savouré, les néophytes ont apprécié. Beaucoup ont ri ou ont été envoûtés comme dans leur jeunesse .

Le festival de Cannes n'a qu'à bien se tenir !

Je me garderai bien de jouer les critiques de cinéma. Les films projetés font partie du patrimoine et il serait iconoclaste d'y toucher.Je vois déjà des yeux courroucés... Si le thème de « la beauté » n'a pas été aussi présent qu'il avait été annoncé, les spectateurs n'ont pas perdu au change . Ils ont certainement trouvé leur bonheur dans la variété des thèmes abordés, du « Pays Noir » à « Ce Cochon de Morin ». Ah ce Morin ! Aujourd'hui on l' aurait sans doute trouvé au Carlton ...

Ce que je trouve remarquable dans ce festival à la lambersartoise c'est le choix des organisateurs de faire participer les enfants et les jeunes. Les élèves de Dominique Savio, de Sainte Odile,du Centre Culturel du Canon d'Or et ceux de l'école de musique n'oublieront jamais leur prestation sur scène. Et leur apport à des oeuvres qui datent d'un siècle.
Quand la culture pénètre ainsi les coeurs, les esprits et les sentiments, c'est gagné !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

LESCALLIEZ 10/02/2013 23:02


gros cochon, premier danseur en tutu !!

LESCALLIEZ 10/02/2013 10:22


La beauté qui constituait, semble-t-il, le thème du festival n'a pas été au rendez-vous dans les différentes projections qui ont été proposées lors de la soirée d'ouverture !  En
témoignent  Joséphine Baker, meneuse de revue, exécutant une "Banana Dance" à faire peur et encore moins le gros cochon, premier danceur  en tutu qui, manifestement termina sa
carrière en gros boudin noir !!  Par contre, les charmantes hôtesses, courtes vêtues, très attentives au bon déroulement de la manifestation, ont fait un  tabac,  si j'en
crois les commentaires recueillis après le spectacle !....    Comme quoi le succés d'un festival ne se trouve pas toujours là où en l'attend !  J'ai, cependant, été
émerveillé  des exploits techniques réalisés au cours du tournage de ces courts métrages, compte tenu des moyens disponibles à l'époque.    J'ai donc passé une bonne
soirée ... Vivement l'année prochaine sur un autre thème !!!!    Paul