CONCORDAT ? EDIT DE NANTES ?

Publié le par lambersart-yvon cousin

photo-copie-3.JPGQuel maire pourrait se soustraire cette année à l'évocation des tueries récentes ? Entonner « La Marseillaise » devient aussi un rituel des cérémonies de vœux. Hier soir, les vœux de Gérald Darmanin ,devant plus de 1000 personnes, ont été conformes à l'attente.
Mais, au delà des miasmes politiciens à savoir: qui était présent , qui prendrait la parole, qui serait cité, qui regarderait l'autre en chien de faïence,qui ferait assaut d'amabilités et de condescendances tout en chargeant son « bâton de feu » comme disaient autrefois les Iroquois ...bref, au delà des petitesses politiciennes habituelles,on a eu droit de la part du jeune député de 32 ans à un discours de fond, à la hauteur des enjeux .
Un discours dense étayé de faits historiques, notant la remarquable adaptation de nos institutions à une situation de crise . Et un député se déclarant prêt , si nécessaire, à s'opposer à son groupe politique. Un discours qui change des « Moi...je » et des bourrages de crânes .Un discours et des propositions que certains élus s'approprieront sans aucun doute ces prochains jours .
Parmi les suggestions , portées certainement par les événements récents, j'en ai retenu quatre qui pourraient être débattues et promues à un bel ou à un nouvel avenir :
le retour en grâce du service militaire qui a tant servi la mixité sociale. Un retour évidemment sous une forme et une durée différentes peut-être ,mais obligatoire pour garçons et filles.
Le retour aussi au mandat présidentiel de 7 ans - mais non renouvelable -enlevant ainsi au président à peine élu le souci de sa réélection.
Autre proposition à laquelle je souscris depuis des années celle de recentrer l'école sur l'instruction en y mettant les moyens nécessaires. Ce qui ne veut pas dire évidemment que les enseignants devraient délaisser l'éducation des enfants ! Mais celle ci reste prioritairement du domaine familial. Ne rêvons pas! Refonder l'école est une tâche infiniment complexe et qui se heurterait à bien des résistances.
Ces trois « retours » , service militaire,mandat de 7 ans, école d'instruction plus que d'éducation, marquent comme dit un de mes amis proches « le retour du balancier ». On est allé trop loin dans le laxisme …
Enfin la dernière proposition que j'ai retenue est celle d'un « Concordat ». L'idée n'est peut-être pas mauvaise de redéfinir publiquement les rapports entre les églises et l'Etat.La religion musulmane en particulier a sans doute besoin d'être confortée mais aussi circonscrite. Pardonnez moi, si les termes ne conviennent pas. L'idée est neuve, elle mérite d'être étudiée même si elle est sans lendemain. Faut-il réfléchir à une forme moderne de Concordat ou même à une création moderne d'un « édit de Nantes » ?. Voilà un débat qui devrait nous mobiliser.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Belaval Annie-France 17/01/2015 15:21


Il me semble que nous sommes d'accord sur le fond!

yvon cousin 16/01/2015 17:31


"L'école ne peut pas tout faire" écrivez-vous . C'est évident .Nous sommes d'accord mais qu'on commence par lui donner les moyens (pas seulement matériels) de bien faire ce pour quoi elle
est faite. C'est à dire : permettre à chacun d'appréhender le monde qui l'entoure. Comment ? D'abord en apprenant à lire, écrire , compter et à se servir des moyens modernes permettant la
connaissance. Apprendre à apprendre,oui. Mais surtout apprendre à comprendre !


Vous ne puivez pas prétendre "construire des citoyens" si ces fondements ne sont pas sûrs.


Quant aux méthodes,je rejoins Chantal Cousin que je connais...(lol) L'enseignement spécialisé qu'elle a longtemps pratiqué a toujours été à la pointe de la pédagogie.
Et, quant à l'éducation, je dirai que nous sommes tous éducateurs : Les parents d'abord (qu'il faut parfois aider) les enseignants, les villes, les associations, les clubs ...TOUS  !


Et quant à l'éducation

Belaval Annie-France 16/01/2015 15:06


un de mes commentaires n'est pas passé: je recommence! Je disais que les idées étaient bonnes mais que je ne me sentais pas très d'accord avec les propos sur l'école...je recommandais la
relecture d'un livre d'une certaine Chantal Cousin!


A l'heure d'internet, il faut repenser l'école et l'enseignement. Michel Serres a commencé avec Petite Poucette. Par pitié, évitons les idées passéistes d'opposition  entre l'instruction qui
reviendrait à l'école et l'éducation aux familles; reconnaissons que l'école ne peut tout faire mais faisons en sorte qu'elle ne conforte pas les inégalités devant le savoir...Donner l'envie
d'apprendre est essentielle; donner les mots, les repères pour lutter contre l'obscurantisme.

Belaval Annie-France 16/01/2015 14:57


Durant mes études de philo, on m'avait appris que c'est en période de crise grave (et pas seulement économique) que la réflexion philosophique revient en force! espèrons...mais j'espère que la
réflexion sur l'Histoire ne va pas nous faire tourner en rond, nous faire regretter un passé révolu mais nous faire avancer

Belaval Annie-France 16/01/2015 14:50


Idées très intéressantes; je suis moins d'accord avec vos idées sur l'école...relisez le livre d'une certaine Chantal Cousin...


Donner envie d'apprendre à l'ère de l'internet demande une vraie réflexion, Serres a commencé...

Coffyn Bernard 16/01/2015 10:28


C'est vrai un beau et profond discours, M. Géral Darmanin a fait référence à l'histoire de notre république pour expliquer selon lui le présent. Ces références m'ont amené à penser
effectivement qu'aujourd'hui la mobilisation de nos concitoyens indiquait le moment de ce que j'appellerai : "le retour du balancier". En effet en faisant référence à l'histoire, il me semble que
la société humaine varie, tel le balancier d'une horloge, passant d'une période d'extrême rigueur éducative à une période d'extrême laxisme sans malheureusement pouvoir s'arrêter, comme tout
mouvement de balancier, à l'équilibre. Le député Gérald Darmanin, hier à Roncq aurait pu aussi faire référence à Platon qui 400 ans avant Jésus-Christ disait : "Lorsque les pères s'habituent à
laisser faire les enfants, lorsque les fils ne tiennent plus compte de leurs paroles, lorsque les professeurs tremblent devant leurs élèves et préfèrent les flatter, lorsque finalement les jeunes
méprisent les lois parce qu'ils ne reconnaissent plus au-dessus d'eux l'autorité de rien et de personne, alors, c'est là en toute beauté et en tout jeunesse le début de la tyrannie". La situation
que notre société vit aujourd'hui n'a t'elle pas été la même en Grèce du temps de Platon ? Ce qui se passe aujourd'hui en Irak, en Syrie, en Afghanistan, l'affrontement des hommes, des musulmans,
à travers la lecture du Coran ou l'interprétation qu'ils en font n'est-il pas en partie comparable à ce qui s'est passé en Europe au moment de la Saint-Barthélémy chez les catholiques ?
L'histoire nous permet très souvent de savoir d'où l'on vient pour comprendre où l'on va. J'ai beaucoup apprécié le discours de Roncq, bravo M. Le Député !