CINQ MINUTES AVEC...MARIE NOELLE DANJOU

Publié le par lambersart-yvon cousin

    portrait-marie-nelle-danjou.jpg Elle avait écrit à la mairie pour déplorer la laideur du dépôt municipal de matériaux près de « La halle aux légumes », boulevard de l'Alliance . Elle va obtenir satisfaction : un brise-vue sera installé .

Je l'ai rencontrée ce dimanche aux portes ouvertes des Jardins Familiaux, sous une pluie battante . « N'est-ce-pas aujourd'hui la fête de l'eau ? » interroge-t-elle avec une pointe de malice , tout en regrettant que personne ne se mouille pour aller voir son lopin de terre qu'elle cultive avec soin. 

"J'adore le jardin, la terre, confesse-t-elle ,comme une intellectuelle qui ne veut pas se couper de ses racines,... après tout je suis fille de paysan ! ».

 Le jardinage est en effet un de ses trois moteurs avec la marche et la philosophie.

 La marche c'est une passion et une nécessité pour son équilibre. Elle a bien sûr fait le tour du Mont-Blanc, elle a marché dans le désert du sud algérien, en Mauritanie et pour la 9ième fois elle va participer dans quelques mois au Paris-Mantes-la-Jolie (54km). Ce qu'elle trouve extraordinaire dans ces efforts physiques , « c'est lorsque ce ne sont plus les jambes qui marchent mais l'esprit ...et c'est de goûter l'instant juste quand l'effort s'arrête ». Et elle se souvient - sans mysticisme mais avec émotion - de cette mélodie irlandaise, 'Amazing grace', jouée une nuit à l'arrivée au sommet du Mont Sinaï .

 Elle aimerait bien se lancer à pied sur le chemin de St Jacques de Compostelle mais le plus difficile sera... de convaincre son mari qui lui, préfère le vélo ! Remarquez bien qu'elle a aussi quelques peformances sur la selle : 16 fois Lille-Hardelot !

 Un des secrets de son dynamisme réside,je crois, dans les défis qu'elle se donne . A 63 ans, elle est heureuse quand elle peut se dire « j'ai réussi à faire ce que j'ai fait l'an dernier » .

 L'équilibre, la richesse intérieure, Marie Noëlle les a trouvés aussi dans ses études de philosophie qu'elle a entreprises à plus de 50 ans, dans son mémoire « Raison et folie », dans sa formation de psychanalyste, dans ses lectures ou ses « rencontres » avec la pensée et l'action du Général de Gaulle ou l'oeuvre d'Antoine de Saint-Exupéry.

 C'est chez ce dernier qu'elle puise sa vision de l'avenir, en terminant notre entretien : « la termitière future m'épouvante ».

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article