CINQ MINUTES AVEC...JEAN LUC BAELDEN

Publié le par lambersart-yvon cousin

jean luc baelden

  Si vous lui demandez quel rêve il aimerait voir se réaliser, il ne vous répondra pas  :" gagner au loto, vivre sur une île paradisiaque ou rouler en Rolls". Après quelques instants d'hésitation il confessera, comme s'il était pris en défaut de gourmandise,-" j' aimerais donner "La vie Parisienne" d'Offenbach." C'est vrai que c'est ambitieux : 3 heures de spectacle avec théâtre, danses et musique bien sûr .

 Mais une grande partie de la vie de Jean Luc Baelden est consacrée à la musique.

A 50 ans il a encore l'allure d'un étudiant ou d'un jeune prof sympathique et souriant . Pourtant voilà 25 ans qu'il enseigne à l'école de musique de Lambersart. Il y  a succédé en 1993 à M. Florin à la direction de notre harmonie municipale. Avant de se fixer chez nous il avait étudié ou professé à Armentières, à Nieppe, à Houplines et à Namur ! Et il peut même s'enorgueillir d'être un ancien du conservatoire royal de Bruxelles.

 Car il est né à la frontière franco-belge notre Jean Luc. Ses parents étaient boulangers à Ploegsteert, que, de ce côté ,on appelle plus souvent "Le Bizet" . Il peut donc vous y conseiller un bon petit resto... de couscous .

 Lambersart, la France,la Belgique, le couscous marocain, la musique se joue des frontières ,n'est-ce-pas ?

 D'ailleurs on a failli ne jamais le connaître notre chef . A 20 ans il avait  été repéré par le  chef de la musique militaire du prince de ...Monaco !, Une personne originaire de Frelinghien."Je répondais aux critères de selection, dit Jean Luc. Je mesurais plus de 1,80m ; je n'étais pas marié... Il voulait me prendre pour être son sous-chef d'abord et ensuite lui succéder .

-"Il aurait pu être le chef de musique au mariage du prince Albert l'année prochaine ! " ajoute Roseline Musmeaux, notre Stéphane Bern locale.

 J'ajoute qu'il aurait surtout pu connaître la vie mondaine, le palais princier,le casino, les yachts. Mais Jean Luc a une autre passion bien éloignée de ces frivolités. Il aime la pêche .A la truite sans doute, à cause de la truite de Schubert .( c'était facile, merci quand même)

.Ses meilleurs souvenirs sont ici, à Lambersart, "quand on a fêté les 110 ans de l'harmonie et que j'ai réussi à faitre venir la musique de la gendarmerie et le soliste international Grémelle." Voilà de belles récompenses en effet pour un anxieux.Car, s'il donne l'impression d'être placide,il est inquiet Jean Luc. Inquiet et le sens de sens des réalités . Le 11-novembre par exemple il craignait que la pluie ne  rentrât dans les saxos, les flûtes ou les clarinettes , ce qui lui aurait coûté des retamponnages de ces instruments à 300€ chacun. Un anxieux qui le jour de notre rencontre avait une tension à 16

Un anxieux au regard si doux..

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Paul LESCALLIEZ 27/11/2010 10:24



On en sait un peu plus maintenant sur ce chef sympathique et souriant , toujours l'instrument à la main !! Mais comme disait l'autre " mieux vaut trompette à la main que cor au pied
".


Longue vie à l'harmonie municipale !  ( à quand le Brass Band de Lambersart sous sa direction ? )


Paul



mcl 27/11/2010 10:07



C'est vrai qu'il est sympa notre Directeur de l'Ecole de Musique et notre Chef d'Harmonie. Jamais à court de bonnes idées pour des morceaux qui sortent de l'ordinaire ! "La Vie Parisienne"
d'Offenbach ? Et pourquoi pas ! Chaque fois qu'on a chanté avec lui, c'était très agréable et apprécié de tous. Alors, si Nathalie était d'accord, oui, Jean-Luc, je suis partante. Très bonne fête
de Sainte Cécile à toi et à l'ensemble de tes musiciens. Et ne crains rien, demain, nous serons aussi nombreux à la Salle des Fêtes qu'à l'Eglise pour écouter une Harmonie VALABLE !



hernandes jean francois 27/11/2010 06:39



Bravo Chef, et longue vie à l'Harmonie Municipale