CINQ MINUTES AVEC... IVES BRANSON

Publié le par lambersart-yvon cousin

photo-Ives-branson.jpgIl a la distinction d'un aristocrate et c'est indéniablement un gentleman.Il parle plus volontiers de ses ascendants que de lui même tellement il est respectueux de tout et de chacun .
Justement ,quand il nous parle de ses ascendants on voit revivre sous nos yeux l'éclat du grand empire colonial britannique ; celui des Indes , de l'Afrique , ou de l'Asie . Celui des officiers gantés, portant le stick sous le bras façon « Pont de la rivière KwaÏ ». Car Ives ( sans le « y » de yvon malheureusement !) a quelques gloires dans sa famille . Sa mère, française, était la fille aînée du plus jeune général de la guerre 14-18, le général Boë . Côté paternel il  a aussi de belles références . Le grand-père, anglais et diplomate parlait parfaitement notre langue, alors langue officielle dans les ambassades . Après Moscou il continua sa carrière aux Indes où son rang le plaça juste derrière le vice-roi . Et j'oubliais le cousin germain de Ives, l'amiral Peter Branson dont le bateau a été coulé en 1941. L'amiral resta cinq jours en perdition  dans un canot de survie avant d'être localisé et repêché .
Tous des marins de haut rang dans cette famille !  sauf Ives qui, âgé de 18 ans à la fin de la guerre ,passa le concours d'officier de la RAF , Royal Air Force . Son père en fut outré et le considéra comme "un fou,mais pas dangereux" . C'est que rien ne pouvait empêcher Ives de voler . Il s'est même acheté son propre avion et a obtenu la licence pour se poser dans les grands aéroports Gatwick, Francfort...par exemple.!
De ses souvenirs il retient qu'il a été le premier, dans le cadre de la protection anti-aérienne, à survoler le premier navire britannique qui rentrait de l'île de Portland ,la base britannique de l'Atlantique Nord pendant le conflit mondial. Il se souvient aussi de son train d'atterrissage défectueux qui l'a obligé à un vol plané et à l'atterrisage le plus doux qu'il ait jamais connu .
       Personnellement , je me souviens qu'au tout début de notre jumelage avec Southborough, Ives était venu « cueillir » quelques Lambersartois à Lesquin pour nous faire atterrir à l 'aéroport " historique "  de Bigging Hill .
Modeste , il ne vante pas sa belle carrière comme ingénieur et ingénieur en chef dans les télécommunications, VHF, UHF...Il a passé 17 ans de sa vie professionnelle privée au Nigéria .C'est là qu'il a rencontré une douce infirmière responsable la nuit d'une unité hospitalière de 500 lits . Sheila et Ives se sont mariés là-bas.
Aujourd'hui, même si par sécurité Ives ne pilote plus, il vient souvent en France , près de Bergerac, où réside sa soeur . Le vin français, la gastronomie française, l'histoire et la culture françaises, les actualités françaises...rien de tout cela ne lui est étranger .
Et toujours avec distinction , avec élégance .
L'honneur qui lui a été fait dimanche dernier à l'occasion des cérémonies commémorant la libération de notre commune est apparu à tous comme une évidence . Son engagement dans le jumelage comme dans sa vie est réel . Lambersart a un grand ami à Southborough .

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article