CARNAGE AUX MUCHOS

Publié le par lambersart-yvon cousin

Il y a à Lambersart un secteur que beaucoup ne connaissent pas encore : LES MUCHAUX. C'est pourtant là, au nord de la ville, que s'implantera le futur 7e quartier. Oh, le nom n'est pas des plus jolis. Il vient, je crois, d'un verbe du français ancien "mucher" qui signifiat "cacher".

 Les historiens ont là un beau sujet de recherche. Pourquoi ce nom ? Est-ce à dire que les quelques manants qui habitaient par là autrefois se cachaient ... devaient se cacher... ou cachaient quelque chose ? Et comment est-on passé de l'orthographe " Muchos" à celle d'aujourd'hui "Muchaux" ?

 Dans son Histoire de Lambersart, parue en 1911, René Giard nous dit que la ferme des Muchos est signalée dans les plus anciens titres de propriété et qu'elle fut un soir de juin 1795,le théâtre d'un drame terrible .

 Ce soir là, des artilleurs en garnison à Lille, accompagnés de femmes de mauvaise vie, surexcités par la boisson, parcoururent les rues et chemins de Lambersart, entrant dans les fermes pour se faire donner quelques pièces de monnaie ou quelques victuailles. Ils se présentèrent ainsi à la ferme des Muchos où ils furent repoussés par les propriétaires, les frères d'Halluin. Ils se retirèrent en promettant de se venger.

 "Ils revinrent dans la nuit du 16 au 17 juin, fracturèrent la porte d'entrée et entrèrent dans la maison. Réveillés par les aboiements des chiens, les habitants se levèrent et descendirent dans la cour où une lutte terrible s'engagea avec les militaires. Ceux ci firent usage de leurs armes et massacrèrent Jacques et Marie d'Halluin et leur domestique. Seul Noël d'Halluin put s'échapper. Les artilleurs le poursuivirent sans succès. L'un d'entre eux perdit son baudrier et son sabre dans cette course inutile.Ils revinrent à la ferme,y prirent ce qui leur convenait et rentrèrent à Lille après avoir mis le feu aux bätiments.

L'incendie prit immédiatement des proportions considérables . On l'aperçut non seulement de Lambersart mais de Lille et de nombreuses personnes accoururent pour l'éteindre.L'une d'elles retrouva dans un champ le baudrier du soldat criminel .

Un délégué des officiers municipaux de Lambersart se rendit à Lille ,fit un rapport aux autorités judiciaires et militaires à qui il remit le baudrier avec son sabre d'artilleur.

 C'est ce baudrier qui permit de retrouver les coupables.Ils furent traduits devant un conseil de guerre et deux d'entre eux furent condamnés à mort et fusillés sur le champ -de -Mars "

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

belaval 31/12/2010 11:15



 Intéressant! Ce futur nouveau quartier me donne des idées: si par quartier, on annonçait la plus jolie déco de Noël, cela inciterait à se déplacer (en plus des vitrines). On pourrait aussi
décider d'un palmarès des gens qui ont nettoyé leur trottoir et de ceux qui utilisent les pinces à crottes!!plus sympa que la dissuasion? Bravo pour le marché de Noël!!