ASPIRANT GENEVIÈVE MARCHANT (5)

Publié le par lambersart-yvon cousin

ASPIRANT GENEVIÈVE MARCHANT (5)

Quelque temps après je fus affectée au « transport » . Le chef était un affreux petit homme qui, lorsque j'avais terminé de distribuer les bons d'essence m'envoyait faire les courses à Soho.J'en ai passé des heures là. En rentrant au Q.G. J'avais envie de saluer la sentinelle avec ma baguette de pain français. Je frissonne encore à la pensée que j'aurais pu rencontrer le général de Gaulle qui alors n'aurait plus eu aucun doute sur la manière de sauver la France !

Beaucoup de Français libres avaient quitté leur famille en France et pour éviter les représailles changeaient de nom. Je suis sûre que l'armée française battait l'armée anglaise au nombre de Smiths ou Browns dans ses rangs.Les plus maniérés choisissaient des noms de l'aristocratie française ce qui entraîna des complications et même des suites judiciaires après la guerre.

Des familles anglaises nous adoptaient comme «  filleuls » . Une fois ,la confusion entre les grades des armées anglaise et française tourna au désastre. Une vénérable famille écossaise « adopta » par correspondance un brigadier français et l'invita chez elle en Ecosse.Vous imaginez la  tête  de ces gens et celle des notables locaux quand ils l'accueillirent à la descente du train .Au lieu d'un général de brigade ( « brigadier » en anglais) ils recevaient un peu plus qu'un caporal !

Gruner était une fille qui n'avait jamais peur et gardait le sourire même sous les bombes .Un jour elle m'annonça : « je voudrais faire de l'espionnage. Je me suis proposée pour être parachutée en France  » . J'étais abasourdie .Je lui ai dit - « Tu te prends pour Mata Hari, tu es folle . » Quelques jours plus tard elle avait disparu et une rumeur disait qu'elle était en prison . J'ai resssenti une grande tristesse.Quand je la revis après la guerre elle me raconta ses aventures et surtout le jour où elle a été arrêtée à la sortie du métro à Paris car il y avait une incohérence sur sa carte de rationnement à cause d'une erreur de Londres. Arrêtée par la gendarmerie , elle sourit et avoua « Oui je l'ai volée»...et elle fut laissée libre.

Pour échapper aux bombes il devenait nécessaire de nous trouver un grand hébergement . Ce fut l'imposante résidence Moncorvo qui avait appartenu au duc d'Aumale.C'était une maison hantée ! Le fantôme disparaissait à travers les murs,des bruits sourds se faisaient entendre. Des officiers de garde effrayées prirent deux chiens avec elles et les pauvres animaux ne s'arrêtèrent pas de tourner. Parmi les volontaires la panique succéda à la peur au point qu'il fut décidé d'abandonner le lieu.Mais cela ne s'est fait qu'après mon départ en France.Moncorvo House n'existe plus aujourd'hui.Pour certain cela reste un mystère, pour d'autres une plaisanterie et pour moi une sinistre réalité.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article