DES SAUVAGEONS ? NON , DES VOYOUS

Publié le par COUSIN

Vendredi, j'ai reçu la visite d'une jeune maman au bord des larmes. Elle n'en peut plus de vivre là où elle habite. Elle habite dans ce qu'on appelle "une barre" d'immeuble dont l'entrée et l'escalier sont occupés ,de jour comme de nuit, par quelques jeunes désoeuvrés, bruyants,insultants, provocants.....
De sa fenêtre elle voit se développer en toute impunité le trafic de stupéfiants maintes et maintes fois signalé. La cage d'escalier est régulièrement imprégnée de l'odeur des drogues. Les noms des perturbateurs sont connus de tous ;mais aucun des locataires n'ose plus rien dire de peur des représailles. Des réunions se sont tenues à la mairie ;la police s'avoue impuissante faute de flagrants délits ou faute d'effectifs... la justice a été saisie mais reste comme étrangère aux tourments ,aux angoisses ;à l'oppression que vivent les habitants.
Voilà des mois que la situation dégénère.
Dans la nuit de samedi à dimanche, profitant encore une fois de l'anonymat que procure l'obscurité, certains de ces délinquants ont à nouveau brocardé et insulté les policiers en patrouille (qui préfèrent "ne pas entendre" convaincus qu'ils sont que même s'ils repéraient les auteurs des injures ,la sanction serait insignifiante et de toute façon inadaptée.)
Après les injures donc,les jeunes voyous ont déclenché dans une entrée d'immeuble le sysrtème de jets automatiques d'eau en cas d'incendie. Et puis , pourquoi s'arrêter là ,ils ont mis le feu au local des poubelles , ce qui a eu pour conséquence de faire fondre les cables électriques. Les pompiers sont arrivés. A leur tour , ils ont été insultés.....
Quand donc ces troubles cesseront-ils ?
Allumer volontairement un incendie , n'est ce pas , au regard du Code Pénal , un crime ? Y aura-t-il donc réellement une enquête pour savoir qui était où ; et qui faisait quoi à une heure avancée de la nuit ?
Quand permettra t on le dépôt de plainte collectif ou "sous x.." pour ce genre de forfaits ?
Quans cessera t on de s'apitoyer plus sur le sort des jeunes crapules que sur celui des victimes réelles ou potentielles ? N'y a t il pas là "mise en danger de la vie d'autrui " dont les tribunaux sont si friands quand il s'agit de réprimer les excès de vitesse des automobilistes ?
Quand rendra t on réellement chacun responsable de ses actes,quel que soit son âge et en fonction de cet âge ?
Quand interdira t on aux mineurs de se trouver seuls dans la rue le soir tard ?
Quand les juges condamneront ils les parents qui ne maîtrisent pas leurs enfants ?........
De plus en plus je me convaincs que la meilleure des préventions ,c'est la répression .
Et, sans vouloir être pédant,permettez moi de citer encore et encore Platon : 400 ans avant J.C /
"Lorsque les pères s'habituent à laisser faire leurs enfants ,lorsque les fils ne tiennent plus compte de leurs paroles ;lorsque les maîtres tremblent devant leurs élèves et préfèrent les flatter ;lorsque finalement les jeunes méprisent les lois parce qu'ils ne reconnaissent plus au dessus d'eux l'autorité de rien et de personne ; alors c'est là en toute beauté et en toute jeunesse le début de la tyrannie "
400 ans avant Jésus Christ !!!!
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
D
Un petit commentaire. Bien sur, il faut de la répression mais ces jeunes sont aussi le fruit de 30 ou 40 années de relégation. En fait, le pire c'est que de toute façon, ils n'ont aucun espoir de trouver un boulot, un logement. Et si ils ont envie de se détendre, ils ne rentreront pas en discothèque. Quel est votre action pour interdire les discriminations ??? J'entends les hommes politiques dire que c'est pas facile, la liberté des entreprises, la difficulté de prouver, etc.. Mais envoyer les flics, c'est facile mais croyez-moi ça ne règle rien. La seule solution à terme, c'est que les jeunes (et les autres) des cités se sentent acceptés (je n'ai pas dit intégrés, car la plupart de ces jeunes sont français).
Répondre
F
Il est bien sûr grand temps de prendre vraiment le problème à bras le corps, mais encore faut il en avoir les moyens! Il n'existe pas de loi, et donc, de répression adaptée aux délinquants mineurs. Il faut faire preuve d'une grande sévérité, et en même temps, il faut donner les moyens à ces jeunes vivant dans des conditions souvent difficiles, de se sortir de leur quartier.Aide et Prévention donc pour les plus courageux, et Répression pour les mauvais sujets.
Répondre
C
Il y a dans cette article toutes les raisons pour s'occuper encore plus de la petite enfance. Car si tout se joue à l'adolescence, comme le clament tous les professionnels de la petite enfance, ils ajoutent, encore faut-il que celle-ci ait été vécue dans le respect...
Répondre
N
- Les regroupements de personnes entravant la libre circulation dans les parties communes d'immeuble sont désormais passibles d'une peine maximum de deux mois de prison et 3.750 euros d'amende.

Nicolas S
Répondre