REGARD SUR LA NATURE ET L'ARCHITECTURE

Publié le par COUSIN

.

Samedi dernier, le programme culturel était dense : Journée du patrimoine ;réouverture du Grand Palais ;Salon d'automne des artistes lambersartois ....et Phoebe Dingwall , artiste peintre , au Colysée. Donc, de l'Art. L'art dans sa diversité; l'art architectural ;l'art professionnel ; et l'art populaire.

Au Colysée , pendant les discours d'inauguration ,j'ai laissé vagabonder mon oeil sur les toiles qui m'entouraient. Bof ! De l'abstraction et parfois de la facilté...J'allais presque être déçu. D'autant plus déçu que ,pour ce vernissage, on avait fait appel à une danseuse et une musicienne.On aurait pu s'en passer . L'agression des sons accompagnée d'une gestuelle sans intérêt m'a franchement déplu.

J'ai donc quitté la salle pour me réfugier dans une autre. Et le hasard a voulu que je visionne les diapositives prises par l'artiste. Des photographies de Lambersart , des fragments de nature ou d'architecture qui ont inspiré Phoebe et desquels elle a extrait les traits, courbes, teintes qui ont donné naissance aux oeuvres. Alors ,c'était un régal. On voit tous les mêmes choses, mais il n'y a aucun doute le regard des artistes est différent.

Si donc vous voulez éprouver quelques belles sensations, sans à- priori sur l'art abstrait, si vous voulez comprendre cette phrase pour le moins énigmatique du catalogue qui vous affirme que pour Phoebe Dingwall "la rencontre préméditée, improbable, parfois unique entre deux a-plats de couleurs, devient réminiscence sublimée d'un ressenti très personnel" je vous invite à passer quelques minutes à visionner les diapositives AVANT de vous planter devant une toile.

Si vous le faîtes, vous aurez fait vos premiers  pas dans l'appréciation de l'art abstrait.Et je crois même que vous courrez voir les toiles de Paul Jenkins au Palais des Beaux Arts.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Arnaud 10/10/2005 18:55

Je suis tout-à-fait d'accord avec vous.
Ce samedi je me suis rendu au Colysée dans le but de découvrir cette exposition. Après un premier tour, je dois avouer qu'il me manquait la clé pour comprendre les toiles. Les photos sont en effet nécessaires pour comprendre l'oeuvre. Dommage qu'il ait fallu réclamer pour que le diaporama soit projeté.