LA SEPTIEME CENTURIE (17) : LES BLEUS

Publié le

 

-" Jules César et moi,nous nous connaissons depuis longtemps,commença Rictus avec délectation.Nous avions 20 ans tous les deux quand je suis parti avec lui bien plus loin que la Grèce;dans l'île de Lesbos, pour y mettre au pas les habitants de Mytilène qui ne reconnaissaient pas l'autorité de Rome .
 Pour lui comme pour moi c'était notre premier combat. On était "des bleus",en somme .
Alors, quand on se voit on s'appelle "les bleus de Métylène"et on se marre . D'ailleurs on ne s'est presque plus quittés . On s'est battu contre Mithridate, on est allés en Espagne . J'ai même fait partie de sa garde quand il est devenu consul et c'est lui qui m'a nommé centurion !
 En ce moment il règle leur compte aux Barbares au-delà du Rhin et il m'a confié une mission secrète . Je vais le revoir bientôt ."
 L'annonce aux Gaulois qu'ils pourraient devenir Gallo- Romains et le message personnel de Jules César à Rictus,incitèrent les uns et les autres à fêter ça .
 Tout le monde se rendit une nouvelle fois au terrain du Bersart. Là,ils s'empiffrèrent de toutes sortes de viandes boullies,braisées ou rôties. Alanus qui était originaire de Busto-Garolfo montra ses talents de pizzaïolo  ! et Cirrhus but autant de cervoises que de vins . Il arracha même à Rictus l'autorisation d'ouvrir une jarre de Chianti millesimé !
 Chaque fois que Matarix ou Rictus buvait, l'assistance criait "Bibit !" et accompagnait la déglutition d'un chant du genre "Et glou,et glou...il est des nôtres..."
L'euphorie était telle qu'un Gaulois ,oubliant toute prudence, osa plaisanter sur le dieu Mercure en l'appelant le dieu du thermomètre ! Aucun Romain ne s'en offusqua .
 Après plusieurs heures de libations,le centurion se leva difficilement et articula encore plus difficilement :
-" Légionnaires ! C'est pas de tout ça . Nous avons une mission à remplir -Tiens Cirrhus, verse m'en un aussi - Nous devons la remplir .
Je sais, vous allez me dire qu'on est bien ici. Je sais . Il y a comme une âme ici,c'est vrai . D'ailleurs,puisque sur la carte que m'ont donnée ces enfoirés de géographes,le nom qu'on est ici n'est pas marqué, je vais le marquer moi-même ! Cet endroit s'appellera désormais L'âme de Bersart . C'est trop long, on dira Lambersartum tout court !
 Et on pourra dire que la Septième Centurie de la Dixième Légion est venue ici ! -Tiens Cirrhus, verse m'en un autre ! Et demain on lève le camp ! annonça d'un coup d'un seul le centurion Rictus entre deux éructations....

 

On y va enfin ?
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article