LA SEPTIEME CENTURIE (14) : TAPE-DUR

Publié le

TAPE-DUR (14)

On n'en sait jamais assez sur notre passé. Lisez à partir du 5/8.

Pas franchement guillerets les trois pèlerins.
Ils arrivaient par le "pont du roi" venant du territoire des Lislois où ils avaient été reçus par Pierrix,l'ancien roi retiré récemment des affaires et la reine Obrix qui lui succédait.
Le druide Taphard - dont le nom gaulisé était Tape-Dur - était un vrai druide formé chez les Celtes irlandais, donc tout ce qu'il y avait de plus authentique. Un type à vous animer tout seul un bal-folk ou un rassemblement annuel à Lorient .
 Pourtant,il était encore stagiaire . On le remarquait à sa baguette qui au lieu d'être en argent ou en or comme celle du chef des druides,était en bois de sureau.Mais la quantité remplaçait la qualité puisqu'elle avait plus l'aspect d'une massue que d'une frêle baguette magique. Comme stagiaire il était astreint à faire "la tournée des druides".
 A son arrivée il fut salué par Matarix et son adjoint Clebbar tandis que les autres Gaulois attendaient dans "l'enclos sacré" ,un terrain un peu à l'écart que les Berts appelaient déjà Canteleu parce que les loups, -au lieu de hurler comme tous les loups-,venaient y chanter leurs amours,même illégitimes . Sinon, comme le prétendent aujourd'hui les historiens les plus savants, on aurait appelé ce quartier le quartier de "Hurleu",ce qui, avouons-le, n'est pas très compatible avec le bien-vivre.
Quand Taphard alias Tape-Dur se présenta dans l'enclos sacré,il fut accueilli par des applaudissements.Dans son allocution Matarix se dit heureux de sa venue qui permettrait d'honorer les dieux et de les consulter sur les projets de la tribu.
Les soldats romains, conformément aux ordres de Rictus,entouraient leur chef mais se tenaient un peu à l'écart.
Les sacrifices et offrandes aux dieux commencèrent. Le druide stagiaire, en invoquant constamment "Dagda ! Dagda !" le premier des dieux, représentant la force et la longévité du chêne,(si vous voyez ce que je veux dire), dut s'y reprendre à plusieurs reprises et cogner de toutes ses forces avant que les poules le cochon et le boeuf ne rendissent l'âme ...

à suivre si vous aimez le sang chaud...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article