LA SEPTIEME CENTURIE(12) PAS SIMPLE D'ETRE FILS DE HEROS

Publié le

 

Vous avez lu depuis le 5/8 ?

 

Les relations "interpopulationnelles" allaient tellement bon train que des Gaulois et des Romains finirent par sympathiser et même par se taper dans le dos ou sur le ventre.Les deux "chefs", Matarix et Rictus ne savaient pas trop quelle attitude adopter. face à cette incongruité . Rictus, parce qu'il ne devait pas oublier sa mission secrète ; Matarix parce qu'il ne voulait pas que le druide Taphard,(que les historiens ont baptisé sans originalité Tape-dur) ,qui faisait sa tournée des popotes et qui devait lui rendre visite bientôt,ne trouvât une tribu dissipée,pactisant avec l'ennemi.        
Sa gaulitude reprenait le dessus .
 Pour reprendre l'ascendant sur sa troupe et montrer à tous qu'il existait un ordre romain et une hiérarchie à respecter, Rictus décida, après cet après-midi de liesse de raconter à la veillée l'histoire édifiante de Titus Manlius et de son fils.
Titus commandait une unité de légion romaine. Il se trouva un jour face à un groupe de Gaulois, qui se tenaient de l'autre côté d'un pont qu'il fallait "enlever" comme on dit en langage militaire.
Un des Gaulois de taille immense, plus hardi ou plus insensé que les autres injuriait les Romains et en particulier Titus qu'il provoqua personnellement. Ce dernier demanda à son général l'autorisation de répondre au défi .Autorisation accordée ! Ce qui était une nouveauté car la légion romaine se battait toujours collectivement.
Titus se présenta donc devant le Gaulois qui continuait à fanfaronner...pour peu de temps... car le Romain, plus adroit et plus souple, l'éventra très vite. Les Gaulois s'enfuirent et Titus devint un héros et fut récompensé comme tel.
Quelques années plus tard, alors qu'il était devenu général et que son fils servait sous ses ordres, une situation un peu semblable se présenta . Le fils s'engagea dans un duel à mort qu'il gagna lui aussi.
Fier de son acte,il se rendit dans la tente de son père pour y être récompensé. Au lieu de cela son père,le général,furieux de constater que son propre fils n'avait pas respecté la consigne : "on attend , on ne bouge pas !" ordonna qu'il fût décapité sur le champ !
Une telle fin glaça les esprits.
-"Des questions ?" interrogea Rictus...

à bientôt.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article