LA SEPTIEME CENTURIE (2) ALANUS

Publié le

-"Alanus, avance nom de Zeus !" hurla pour la nième fois de la journée le centurion qui préférait toujours en appeler à Zeus plutôt qu'à Jupiter pour prouver sa connaissance de la culture grecque. Face au peu de réaction de son soldat,il réïtéra son ordre et y ajouta même un "-Alanus, t'es qu'un tire au cul !".
 Alanus n'en pouvait plus, il était au bout du bout comme disent certains spécialistes en anatomie. Et il n'était pas le seul à être à l'extrêmité de ses forces ; aussi, en fin psychologue formé à l' 'Institut Romain de Psychologie Sociale Militaire,le centurion fixa un dernier objectif :
 -" Allez , encore une heure de marche ! et on chante pour se dynamiser !"
 La petite troupe se mit donc à chanter en cadence :
 
Aïe hi , Aïe oh , nous allons au boulot,
 avec nos longs couteaux ,pour tuer des Gallo"
.
 Mais la progression était difficile. Une pluie fine tombait depuis le matin. On était pourtant en mai et les augures de la météo avaient prédit un printemps et un été très secs compte tenu du réchauffement de la botte italienne . Une fois de plus ils se sont trompés, ricanaient certains dans les rangs .
 La centurie, ou plutôt les quatre-vingts hommes sur cent qui restaient marchaient dans la forêt dense sur des sentiers souvent boueux.
Même l'âne, leur mascotte,peinait. Il était entré dans la Septième Centurie en même temps que le centurion Rictus. Un gars bien ce Rictus . Une grande gueule mais un gars bien .Son nom complet était Caïus Tumulus Rictus. Le surnom lui venait de son bec de lièvre de naissance. Affectueusement et entre eux, ses hommes, jamais en retard d'une plaisanterie de bas niveau l'appelaient "double-raie".
En attendant ils marchaient , ils marchaient parce qu'il fallait marcher.
Soudain, les deux éclaireurs qui avaient 1 heure d'avance sur le peloton-centurion revinrent essouflés.
-"' Rictus ! Rictus! prononça l'air apeuré le premier. "Rictus ! Rictus ! reprit le second...
        à suivre

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article