QUE D'EAU ! QUE D'EAU !

Publié le par COUSIN

A vos méninges :

 Qui a dit  ce  «   que d’eau ! que d’eau ! «   plein de bon sens ? Mac Mahon,bien sûr  en constatant  l’ampleur des dégâts causés par la crue de la Garonne, en 18…

 C’est le même big Mac qui  s’était déjà signalé au siège de Sébastopol (en 1855,je viens de vérifier dans le dictionnaire), en lançant cette formule aussi  lapidaire  « j’y suis ,j’y reste ! »

Bon. Ce n’était qu’une entrée en matière assez lourde,j’en conviens, pour vous dire l’embarras de la municipalité face aux réclamations des Lambersartois qui ont leur cave inondée régulièrement. ET ILS EN ONT MARRE DE POMPER COMME DES SHADDOCK !

On a une explication pour les eaux de ruissellement et qui viennent des « hauteurs » de Sequedin ou d’Englos. ou pour les eaux d'orage. Pour ces eaux, la Communauté Urbaine va construire des bassins-tampons qui vont les recueillir et les stocker avant de les rejeter progressivement dans la Deûle.  A Lambersart,par exemple, on va construire un bassin-tampon de 25OOOm3 pour 6,5 millions d’€.

Pour le reste…..on pensait benoîtement  (comme aurait-dit  André Defebvre, un ancien adjoint au maire. Mais emploierait-il encore cette expression sous le pontificat de …Benoît XVI ? ) ;on pensait donc benoîtement que les inondations de caves résultaient d’une élévation de la nappe phréatique ; voire de la fonte des neiges !! C’est ce qu’on expliquait doctement aux victimes.  Mais il faut bien se résigner :cette explication ne tient pas. Fonte des neiges ? on n’est pas dans les Alpes et les quelques jours enneigés sont ridiculement insuffisants pour transformer des caves en pateaugeoires. La nappe phréatique ? D’après la Direction Départementale de l’Environnement, la pluviométrie est jugée déficitaire depuis plus de 6 mois . Sur la période septembre 2004-janvier 2005, la pluviométrie cumulée a été de 237 mm,la normale étant de 333mm. Soit 30% de moins. L’argument ne tient pas non plus.

Que dire alors ?   Il est quelquefois sage de se retrancher derrière les spécialistes. Il n’y a donc qu’une solution : demander au préfet une étude hydro-géologique. C’est ce que nous allons faire. Peut-être nous rappellera-t-on que Lambersart est construite sur des marécages  ou nous apprendra-t-on que les constructions du parc d’activités du Pont Royal ne sont pas étrangères au phénomène. On en reparlera donc. En attendant,munissons- nous de seaux et de bouées…

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article