J'ERRE LA HONTE AU FRONT

Publié le

Je savais déjà pourquoi mes concitoyens rechignent à déposer plainte : peur des représailles, absence totale de protection qui livre les victimes une deuxième fois aux délinquants...Beaucoup préfèrent donc le silence.
 Aujourd'hui je sais pourquoi beaucoup d'autres ne se rendent même plus au tribunal pour faire reconnaître leurs droits.
 Cet après-midi, je représentais Lambersart dans une affaire banale. Un jeune mineur "bien connu de nos services" comme disent les policiers, avait détérioré volontairement une clôture. Il a été surpris, une plainte a été déposée, et le préjudice estimé à 200€.
 Pour représenter la ville j'étais donc convoqué à 14H au tribunal pour enfants.
Juste à l'heure je me présente à l'huissier qui m'invite à attendre dans le couloir. J'ai attendu pendant plus de 2 heures !
 J'ai donc eu le temps de constater que le sonnerie au dessus de la porte du tribunal n'avait plus sa cloche; que le chambranle portait les stigmates d'un ancien "nique le juge" ; et que la tapisserie oeuvre de Michel Tourlière censée être accrochée au mur "s'était fait la malle". J'ai eu le temps de voir passer quelques individus menottés et de juger du ballet des avocats qui s'arrangent avec l'huissier pour que leur affaire passe au plus tôt.
 La ville de Lambersart n'ayant pas jugé utile de faire appel à un avocat pour 200€, ah les pingres !, j'ai donc attendu. Dehors,le policier,lui, ne m'a pas attendu et m'a déposé un papillon de 11€ sur le pare-brise pour dépassement du temps autorisé.
 Notre jeune délinquant quant à lui ne s'est pas présenté au juge . Rien à foutre .  Son éducateur a feint l'étonnement devant cette absence et a demandé au juge de l'excuser en disant que son protégé "est un peu sauvage et qu'il erre peut-être en ce moment même dans les couloirs du palais !" Devant une telle détresse j'avais honte de réclamer 200€ au nom de Lambersart. Je les ai demandés quand même.
Depuis, j'erre la honte au front...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

peutmieuxfaire 23/06/2009 12:45

Excellente anecdote mais qui, à elle seule, témoigne que notre garde des sceaux (Mme R. DATI pour la nommer) eut mieux fait d'utiliser le présent pour titrer le livre-bilan de son action qu'elle publie en ce moment même sous le présomptueux titre :  "Parce qu'il fallait moderniser la justice de la France pour l'adapter au XXIe siècle".Voilà qu'après la ponctuation je m'en prends à la conjugaison. Décidément...