REUSSITE EDUCATIVE (suite 4)

Publié le par COUSIN

 

.

Sophie la Chinoise est enseignante lambersartoise….en Chine . De là-bas elle a lu ma proposition sur la réussite éducative et elle fait 2 remarques très pertinentes :

1*Est-ce- une bonne idée cette ingérence dans les familles ?

En effet ce serait une catastrophe si elle était plaquée  ou si elle n’était pas  acceptée par la famille.Il y a donc un travail d’information ,de valorisation,une démarche  d’incitation à accepter, qui est préalable à toute mise en œuvre.Il faut en arriver à ce que tous les parents d’une même classe comprennent le bénéfice qu’ils peuvent retirer de l’opération.Il s’agit donc de bien argumenter et de communiquer.

2*En admettant qu’une expérimentation soit possible…Quelle en serait l’évaluation ?

Certes il est difficile d’évaluer tout ce qui touche à l’humain.Mais des critères et des indicateurs d’évaluation peuvent être fixés, qualitativement et quantitativement. Par exemple  on devrait pouvoir apprécier ou mesurer les effets de l’opération  dans les domaines suivants : (liste non exhaustive) ;violence en classe,en cour de récréation ;aux abords…insultes et injures ;absentéïsme ;résultats scolaires ; plaintes enregistrées….Cette évaluation pourrait se faire par statistiques ou par questionnaires (en début d’opération puis de manière périodique) aux parents,aux enfants,aux enseignants….

Pour ces deux questions ,comme pour d’autres que je n’ai pas traitées,il y aurait lieu, bien sûr, de faire établir par les professionnels et les parents (et peut-être même les enfants) un protocole. L’affaire n’est pas mince,j’en conviens. Les difficultés sont à la hauteur de l’enjeu.

 .

.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article