REUSSITE EDUCATIVE (suite 2 )

Publié le par COUSIN

La reflexion nationale sur l’école a préconisé une aide à la parentalité qui deviendrait un nouveau volet de la politique familiale. La construction du partenariat entre les parents et l’école est citée comme essentielle.Ce partenariat devrait associer parents et enseignants au lieu de les opposer.

Je me méfie des « aides à la parentalité ». Ce terme est ambigu et les aides  sont trop souvent des gadgets coûteux avec les nano-résultats que l’on connaît. (nano résultats ? !? ! voilà un nouveau mot—je crois—qui vient de naître dans mon esprit et sous vos yeux.Pas mal non, pour dire qu’on est dans l’ordre de l’infiniment petit. ? )

Cette opinion personnelle émise, il n’en reste pas moins qu’il y a nécessité sinon urgence à agir.

Je me souviens du compte-rendu du conseil d’école que m’avait fait il y a un peu plus d’un an, Frédéric Dehaeze,jeune conseiller municipal qui connaît bien ,lui aussi, le quartier du Pacot.Il me disait combien étaient dégradées les conditions de scolarité dans l’école où il représente la municipalité ; à quel point certaines familles étaient « dépassées »  par leur fonction parentale et pourquoi la presque totalité des enseignants allait demander sa mutation.Des enseignants qui ne pouvaient que constater la perdition de leurs élèves faute d’un suivi éducatif qu ‘eux mêmes,  pour diverses raisons – ne pouvaient assurer.

C’est donc bien là qu’il faut agir. C’est bien sur le couple parents-enseignants qu’il faut agir et de manière singulière,individualisée,personnalisée.

Rien de neuf sous le soleil ?  Si . La construction du partenariat dont il est question plus haut implique des partenaires qui ne soient pas « des personnes avec qui on pratique certaines activités » mais des personnes  qui s’associent pour la réalisation d’un projet.

Les enseignants ne pouvant se charger encore ,et les parents n’étant quelquefois plus  à même  d’assumer leur mision éducative, il faut organiser une co-éducation au bénéfice des enfants.

Il faut donc  adjoindre aux enseignants des correspondants école-parents, ;des co-éducateurs ,qui, présents dans la classe et ayant la confiance des parents (parce que plus proches d’eux que les enseignants) pourraient assurer à domicile un  rôle d’aide à l’éducation et ce , « au quotidien ».On peut imaginer,selon les besoins ,un co-éducateur par classe, ou pour 2 classes voire pour 3 classes. Je ne détaille pas ici   les conditions de recrutement,de rémunération, d’emploi de ces co-éducateurs qui ne peuvent être ni des enseignants, ni des assistants sociaux.

Ce que l’on sait c’est que les parents qui rencontrent des difficultés d’ordre économique,social,personnel qui affectent leur fonction parentale  acceptent volontiers une aide à condition que cette aide se fasse DANS LA DISCRETION ,DANS LA CONFIANCE.

Ils acceptent volontiers qu’on vienne –non se substituer à eux- mais valoriser et compléter leurs tâches éducatives.

Par cette aide continue,discrète on pourrait tendre à garantir aux enfants  « quelle que soit la forme des familles au sein desquelles ils sont élevés, les conditions d’affection,de soins, d’équilibre nécessaires à leur épanouissement familial et scolaire »

Cela nécessite des moyens importants (mais j’ai lu que le plan de cohésion sociale prévoyait  1 million d’€/an par équipe de réussite éducative !!) car on double le personnel éducatif sans supprimer par ailleurs ni les assistantes sociales,ni les réseaux d’écoute,d’appui et d’accompagnement des parents  (REAPP) créés en 1998 et qui, dit-on ont de bons résultats.

Et si le Pacot-Vandracq pouvait expérimenter cette nouvelle approche de réussite éducative ?

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

sophie la chinoise 29/04/2005 15:53

vaste programme !
on constate depuis longtemps, dans le corps enseignant, la démobilisation des parents. je dirais qu'il est temps de s'en préocuper !
Mais, s'ingérer dans les familles sera-t-il bénéfique à l'amélioration de la situation ?
je demande à voir : si le Paquot expérimente, nous suivrons l'évolution.
Au fait comment s'évalueront les résultats d'une telle action ?