UNE IDEE QUI ME "CROTTE" DANS LA TETE

Publié le

Rares sont les Assemblées de Quartier où personne ne se plaint des déjections canines qui jonchent nos trottoirs. A Lambersart on a beau inciter à l'utilisation des cani-parcs ,on a beau proposer gratuitement des "pelles à crottes", rien n'y fait !
Certains laissent gambader librement leur animal autour d'eux sans contrôle ; d'autres ouvrent la porte de leur domicile tôt le matin ou tard le soir , pour que Toutou aille polluer le quartier et revienne gratter à la porte une fois soulagé. Ni vu, ni connu. Le j'm'enfoutisme complet.
La police nationale ne traite guère ces "incivilités". Quant aux policiers municipaux, ils doivent  constater l'infraction, rédiger un procès verbal qui est envoyé au tribunal. Le parquet diligente une enquête. Le propriétaire contrevenant est convoqué par un officier de police judiciaire pour audition. Un nouveau procès-verbal est rédigé et renvoyé au tribunal qui peut alors sanctionner. Dans le meilleur des cas il faut trois mois pour qu'un jugement intervienne. 
TROIS  mois pour une crotte ! et combien de temps passé , d'écrits officiels,et de fonctionnaires de police et de justice pour se pencher sur la chose ! Je n'ose faire le calcul mais approximativement je pense qu'une crotte coûte à la société plus de 150 € , pour une amende de 38 €.
 Pourquoi donc encombrer , encrotter devrais-je écrire, nos tribunaux avec des affaires aussi minables ? J'emploie cet adjectif à dessein.
Pourquoi les policiers ne pourraient-ils pas verbaliser par contraventions extraites d'un carnet à souches comme ils le font avec tant de doigté contre les méchants automobilistes ?
J'ai envie d'écrire au ministre de l'intérieur. Sans doute devrai-je aussi écrire au ministre de l'écologie et au ministre de la santé publique. Je ne peux quand même pas écrire au Président de la République pour cela.
Quoique.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

eryka 21/07/2009 15:18

Pour avoir eue affaire a votre Police Municipale, je tiens a vous féliciter! Quelle bien belle Police!

Ivan Champetier 23/05/2009 22:19

Je regarde cela et je constate que les amendes-crottes ne sont pas élevées de votre côté de l'Atlantique,38euros si j'ai bien lu! Chez-nous c'est significativement plus élevé,1000$ canadien (650 Euros approx.) proclame l'affiche d'avertissement! Encore faudrait-il que quelqu'un fasse respecter le règlement! Dans cet esprit,j'ai bien vu pour 15000.00$ ¨beaux dollars¨(comme l'on aime dire par ici) qui dormaient sur nos trottoirs et nos pistes cyclables,lors de ma dernière promenade dans mon patelin.

Ivan Champetier 16/05/2009 00:29

Sachez,cher amis Européens,qu'ici aussi a St-Constant* nous déplorons cette pratique de certains de nos concitoyens! Comme quoi ce n'est pas une question proprement(façon de parler) patriotique. J'ai vu cependant récemment une histoire a Rostock(Deutschland) ou l'on propose d'enregistrer l'ADN de tout les chiens de la ville,pour retrouver vite le fautif (il ne lui suffira plus de nier). Pas gentil c'est vrai,mais ceux qui nous font marcher dans leurs ¨productions¨ le sont-ils tellement? Oui j'aime les chiens,mais ils ne viendront pas nettoyer mes souliers!*Banlieue de Montréal (Québec)

Pierre 28/03/2009 17:59

Bonjour
Je suis passé tout-à-l'heure au poste de police, où on m'a dit que le PV est rédigé facilement grâce à un modèle dans leur ordinateur, et suivi d'effet rapide par le tribunal.Mais, comme vous dites, "Pourquoi les policiers ne pourraient-ils pas verbaliser par contraventions extraites d'un carnet à souches ... ?". Je vous encourage vivement, en effet, à écrire pour cela à MMmes Alliot-Marie et Bachelot, à M. Borloo et, pourquoi pas, au Président de la République.CordialementPierre

michel 26/03/2009 15:35

Les crottes de chiens nuisances répugnantes parsèment des leurs couleurs automnales les trottoirs de notre verte cité. Mais ce ne sont pas là les seuls rebuts de l'incivilité croissante. Dans le quartier du Pacot, où je réside, les rues sont jonchées de détritus papiers gras et autres mégots, balayés à travers les espaces publics et privés au gré des rafales. ( pour exemple, j'ai balayé ma cour le 19, le 24, elle ressemblait déjà à une décharge).Or, la propreté publique relève, à ce qui me semble, du pouvoir de police du maire. Il est donc très étonant de s'étonner que la police nationale ne s'en occupe pas...il est encore plus surprenant de voir à quel point la procédure  est complexe pour la police municipale. Cependant, si le prix de cette procédure semble exhorbitante en comparaison de l'amende, il faut aussi la mettre en rapport avec le cout du nettoyage assuré par les agents municipaux et celui de la responsablilité de la commune envers les usagers en cas d'accident ( la crotte de chien est réputé être l'une des principale cause de fracture du col du fémur chez nos ainés). La verbalisation doit donc être reconsidérée, et des campagnes de répréssion envisagées, surtout si elle son couplées avec une lutte contre la divagation canine ( que vous relatez).Cependant, la répression n'est pas la panacée, c'est juste  un argument coup de poing. Le vrai problème est pédagogique! Il faut faire prendre conscience à chacun que la propreté de la ville est de la responsabilité de tous, pour assurer le bien être dans toute une ville. Quelques gestes simples seront plus efficaces et moins chers que de faire peser toute la charge de cet eternel recommencement qu'est la lutte pour la propreté sur les agents  et élus, en l'occurence, véritables Sisyphes, municipaux.C'est sur ce travail d'éducation des masse que j'attends beaucoup du pédagogue que vous fûtes, et êtes encore dans l'âme. C'est sur ce point que la municipalité, les habitants et tous les usagers de la ville gagneront la bataille qui conservera à notre ville son label de "bien vivre".

belaval 26/03/2009 15:00

propriétaire d'une chienne, je suis écoeurée par les déjections sauvages; je ramasse les cannettes, papiers etc mais pas encore les crottes des autres chiens...j'ai proposé, il y a déjà longtemps des idées pour faire connaître les cani-parcs et les pinces à crottes (qui ont disparu); je souhaiterai que les caniparcs correspondent à la publicité qui en est faite dans le bulletin municipal... mais je m'étonnais qu'il n'y ait pas de verbalisation...vous venez d'encourager les fautifs en montrant pourquoi on ne verbalise pas!Espérons qu'un carnet à souches vienne résoudre ces problèmes mais où est la police municipale, de combien de personnes, de véhicules dispose-t-elle? Y a-t-il des quotas là aussi?Rappelons quand même que ces déjections, si scandaleuses soient-elles, sont biodégradables, ce qui n'est pas le cas de ce que je ramasse chaque jour, en compagnie de ma chienne!Par ailleurs, cette bête est utile puisqu'elle va visiter chaque mois des personnes agées qui s'ennuient dans leur maison de retraite ( elle a raté sa vocation de chien-guide d'aveugle pour raison de santé) A chacun de se montrer responsable!!

Canteleuzard 26/03/2009 14:59

Cette histoire de crottes de chien est une vraie nuisance et c'est une particularité française que de se perdre dans les rouages administratifs chaque fois qu'on veut aborder le problème. A Paris ce n'est guère mieux.Il suffirait d'introduire une taxe canine municipale avec obligation pour les chiens de porter une marque au collier. Cette taxe financerait l'enlèvement des déjections eet permettrait aux agents muncipaux de verbaliser (comme ils le font déjà pour les ordures).Cela fonctionne très bien chez nos voisins allemands, on peut se promener à Kreuzberg, quartier pourtant réputé "rebelle" de Berlin, sans mettre les pieds dans les crottes de chien...A noter qu'à Canteleu, la police municipale ignore délibérément les propriétaires de Rottweiler et de Bergers allemands qui laissent leur animal gambader Place du Nouveau Canteleu, sautant par dessus la barrière de l'aire de jeu et faisant leurs besoins sur la pelouse devant la garderie...  il faut dire que les propriétaires sont particulièrement agressifs et ne tolèrent pas qu'on leur fasse la moindre remarque. Comme par hasard il s'agit des mêmes personnes qui utilisent la rue de l'Abbé Desplanques et la sortie de la Cité de la rue Jeanne d'Arc comme un dépotoir... ici encore, la municipale n'intervient pas, histoire de ne pas avoir d'ennuis.