GRENELLE DE L'ENVIRONNEMENT: COMMENT RECUPERER UN SIEGE

Publié le

La semaine dernière les députés ont adopté un projet de loi qui permet aux ministres quittant le gouvernement de retrouver automatiquement leur siège de député ou de sénateur,s'ils le souhaitent.

Voilà qui aurait facilité la vie de M.P. Daubresse en 2005 quand il avait dû se soumettre à une élection partielle après son passage au ministère du logement !

En tout cas c'est une mesure d'économie car une élection ça coûte. C'est même du développement durable pour deux raisons. D'abord parce qu'il  ne sera plus nécessaire d'imprimer et de gaspiller des tonnes de papier pour les affiches, les tracts et les bulletins de vote. Ensuite parce qu'un ministre qui redeviendra député ou senateur passera sans dépenser d'énergie (!)  de son siège éjectable à son siège récupérable.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

PMF 03/12/2008 11:00

Donner à cette loi un caractère environnemental ou économique relève probablement de l'humour ou de l'humeur du jour de l'auteur de ce billet...Sérieusement, la vérité c'est qu'on réintroduit une pratique des IIIe et IVe Républiques, supprimée par les constituants de la Ve, qui y voyaient une source majeure d'instabilité gouvernementale.La réalité d'aujourd'hui ou plutôt de demain, c'est que cette loi va permettre au chef de l'état de pratiquer son remaniement de mi-mandat sans état d'âme. Faudrait pas s'étonner qu'ensuite les remaniements se fassent plus fréquents, au gré du bon vouloir du seul élu "légitime" de l'exécutif.Peut-être pourrez-vous nous dire quel sort sera alors réservé aux suppléants qui auront accédé au statut de député (ou sénateur) pendant quelques mois et notamment s'ils bénéficieront du "régime de chômage parlementaire" bien particulier, régime voté début 2007 avant les nouvelle élections. Il y a bien assez de nouveaux pauvres sans que la République n'en ajoute, n'est-ce pas ? signé : un petit contribuable à la recherche de quelques niches fiscales pouvant le concerner pour éviter d'être financièrement associé à ces partiales mesures de solidarité...