LYCEENS EN MANIF

Publié le par yvon cousin

Ils sont arrivés sans prévenir. Ce mardi, 80 lycéens de Jean Perrin sont venus s'asseoir devant la porte de l'hôtel de ville et ont demandé à être reçus par " le député U.M.P." Il n'était pas là mais à l'assemblée. Je les ai donc reçus avec ma collègue M.J. Angot ,Didier Lefebvre,directeur de cabinet, Chantal Chauvet directrice générale des services et Philippe Decoster, directeur.

1er étonnement :leur respect des personnes et des lieux.Pas de slogans hostiles, pas d'hystérie, pas d'agressivité et pas de "provoc" envers les policiers pourtant bien visibles.Non, mais un groupe composé aux 2/3 par des élèves de seconde et, pour le 1/3 restant de "premières" et de quelques "terminales".

Leur porte-parole était une jeune fille de terminale, posée, s'exprimant avec facilité.

Nous les avons accueillis courtoisement et félicités d'entrée pour leur " attitude-responsable" comme l'on dit. La veille,en effet, ils avaient manifesté à la porte de leur lycée tout en laissant l'entrée libre en particulier aux lycéens qui se présentaient aux épreuves du concours général.

Leur déléguée, bien écoutée et relayée parfois par 2 ou 3 élèves, a alors exposé les motifs de leur hostilité au C.P.E. Les arguments sont connus mais un court débat a pu s'instaurer.
Contre une sécurité financière (paiement d'un SMIC mensuel entre le moment de la rupture du contrat et le terme des 2 années d'essai), certains semblaient prêts à accepter une certaine flexibilité.Peut-être était-ce là une base de discussion qui aurait pu être admise , au niveau national , avant le vote de la loi.?

Bien que je sois opposé au droit accordé aux lycéens de manifester dans les mêmes formes que les adultes ,je dois admettre que ce court débat a été bien venu.Je crois que ces jeunes ont apprécié d'être écoutés "démocratiquement", d'avoir été reçus en citoyens ou presque-citoyens. Peut-on ,malgré tout , ne pas désespérer de la démocratie ?

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Les malheurs de Sophie 27/03/2006 17:43

Tenez bon Monsieur Galouzo de villepin........
Je vous écris pour vous exposer la réalité de notre situation bien loin de celle que les médias, comme à leur habitude, décrivent en déformant. Je suis étudiante en master de droit des affaires à Paris X Nanterre et je suis révoltée face au blocus des universités. Premièrement il faut rétablir la vérité, la majorité des étudiants sont contre ce blocus sauf que nous subissons des menaces et des intimidations alors peu d'entre nous osent prendre la parole. De plus, les médias font preuve d'une véritable manipulation dans leurs reportages et oublient bien souvent de mentionner les moyens totalement anti-démocratiques utilisés par ces manifestants. Tout d'abord, les assemblées générales qui ont été diffusées à la télévision ne sont qu'une mascarade : ainsi lorsque le résultat d'une première AG avait donné le non au blocus majoritaire, dès le lendemain une seconde AG était organisée par une minorité de manifestants pour revoter illégitimement le blocus, ne respectant pas la décision des étudiants. Enfin l'AG réunissant le plus grand nombre d'étudiants jeudi dernier était un véritable scandale: nous étions majoritaires contre le blocus alors ils nous ont d'abord imposé 3 heures de faux débats ( temps de parole inégal. Les intervenants autorisés étaient à 90% leurs partisans). Ils ont mené une véritable propagande anti-gouvernementale bien loin du problème du CPE et énoncé des aberrations telles que le CPE facilite le licenciement des femmes enceintes et permet de licencier pour une tenue vestimentaire non conforme en dehors des horaires de travail... Le problème, c'est que la plupart des jeunes (non juristes) prennent cela pour parole d'évangile!!! D'autre part, pendant cette assemblée, la sécurité laisse des individus circuler avec des foulards cachant leurs visages et manifestement menaçants. Enfin, le vote s'effectue à main levée avec des gens qui pour la plupart ne sont absolument pas étudiants mais des syndicalistes ou autres appelés en renfort: nous étions 2000, seulement 750 ont voté pour le blocus et ils ont quand même déclaré que nous avions perdu!!! Mais le plus grave, ce sont les intimidations et la violence de ces gens que les médias ne dénoncent pas: jeudi et vendredi lorsque des étudiants ont voulu entrer dans leur faculté, des bagarres ont éclaté à coups de barres de fer. Une jeune fille a été poussée dans les escaliers par des représentants de l'Unef et a été sérieusement blessée mais là encore personne ne dit rien ou ne se scandalise: Non. Toute cette violence est légitimée par le droit de grève?!! Enfin, lorsque les manifestants étaient minoritaires face aux vrais étudiants qui voulaient accéder aux cours, ils ont fait appel à des lycéens de Nanterre arrivant en masse et criant. Ces jeunes n'étaient là que pour nous intimider et n'ont trouvé rien de mieux que de se prendre en photo avec leurs portables devant l'université, en nous narguant et chahutant, démontrant leurs réelles motivations !!! C'est donc un appel à l'aide que je vous adresse pour les vrais étudiants qui veulent que leurs droits à l'éducation et celui de ne pas faire grève soient respectés. Les dirigeants de notre université étant démissionnaires et les médias refusant de prendre en compte notre témoignage, je vous sollicite donc pour nous aider à rétablir la vérité et pour que l'Université française redevienne un lieu où les libertés individuelles peuvent s'exercer, loin des propagandes et de la violence. Je vous remercie de votre attention et d'essayer de diffuser au maximum ce message. Sophie, étudiante à Nanterre

Les malheurs de Sophie 27/03/2006 17:40

Tenez bon Monsieur De Villepin !!! Je vous écris pour vous exposer la réalité de notre situation bien loin de celle que les médias, comme à leur habitude, décrivent en déformant. Je suis étudiante en master de droit des affaires à Paris X Nanterre et je suis révoltée face au blocus des universités. Premièrement il faut rétablir la vérité, la majorité des étudiants sont contre ce blocus sauf que nous subissons des menaces et des intimidations alors peu d'entre nous osent prendre la parole. De plus, les médias font preuve d'une véritable manipulation dans leurs reportages et oublient bien souvent de mentionner les moyens totalement anti-démocratiques utilisés par ces manifestants. Tout d'abord, les assemblées générales qui ont été diffusées à la télévision ne sont qu'une mascarade : ainsi lorsque le résultat d'une première AG avait donné le non au blocus majoritaire, dès le lendemain une seconde AG était organisée par une minorité de manifestants pour revoter illégitimement le blocus, ne respectant pas la décision des étudiants. Enfin l'AG réunissant le plus grand nombre d'étudiants jeudi dernier était un véritable scandale: nous étions majoritaires contre le blocus alors ils nous ont d'abord imposé 3 heures de faux débats ( temps de parole inégal. Les intervenants autorisés étaient à 90% leurs partisans). Ils ont mené une véritable propagande anti-gouvernementale bien loin du problème du CPE et énoncé des aberrations telles que le CPE facilite le licenciement des femmes enceintes et permet de licencier pour une tenue vestimentaire non conforme en dehors des horaires de travail... Le problème, c'est que la plupart des jeunes (non juristes) prennent cela pour parole d'évangile!!! D'autre part, pendant cette assemblée, la sécurité laisse des individus circuler avec des foulards cachant leurs visages et manifestement menaçants. Enfin, le vote s'effectue à main levée avec des gens qui pour la plupart ne sont absolument pas étudiants mais des syndicalistes ou autres appelés en renfort: nous étions 2000, seulement 750 ont voté pour le blocus et ils ont quand même déclaré que nous avions perdu!!! Mais le plus grave, ce sont les intimidations et la violence de ces gens que les médias ne dénoncent pas: jeudi et vendredi lorsque des étudiants ont voulu entrer dans leur faculté, des bagarres ont éclaté à coups de barres de fer. Une jeune fille a été poussée dans les escaliers par des représentants de l'Unef et a été sérieusement blessée mais là encore personne ne dit rien ou ne se scandalise: Non. Toute cette violence est légitimée par le droit de grève?!! Enfin, lorsque les manifestants étaient minoritaires face aux vrais étudiants qui voulaient accéder aux cours, ils ont fait appel à des lycéens de Nanterre arrivant en masse et criant. Ces jeunes n'étaient là que pour nous intimider et n'ont trouvé rien de mieux que de se prendre en photo avec leurs portables devant l'université, en nous narguant et chahutant, démontrant leurs réelles motivations !!! C'est donc un appel à l'aide que je vous adresse pour les vrais étudiants qui veulent que leurs droits à l'éducation et celui de ne pas faire grève soient respectés. Les dirigeants de notre université étant démissionnaires et les médias refusant de prendre en compte notre témoignage, je vous sollicite donc pour nous aider à rétablir la vérité et pour que l'Université française redevienne un lieu où les libertés individuelles peuvent s'exercer, loin des propagandes et de la violence. Je vous remercie de votre attention et d'essayer de diffuser au maximum ce message. Sophie, étudiante à Nanterre

robert.Mamet 22/03/2006 19:07

Merci, Yvon Cousin et félicitations ainsi qu'aux lycéens qui ont fait une démarche auprès de la Mairie, aux Lambersartois qui se sont déplacés ou ont écrit à l'occasion des projets municipaux.
Il me semble de plus en plus indispensable que les citoyens s'expriment, soit dans des réunions municipales, politiques, ou autres, soit sur les forums et blogs d'Internet : Voter une fois de temps en temps, pour "raler" le reste du temps, me parait une autre forme d'abstention.

HERNANDES JF 22/03/2006 16:31

FELICITATIONS A CES JEUNES GENS POUR LE RESPECT ET L OUVERTURE DU DIALOGUE  VOILA LA UNE LECON QUE QUELQUES ADULTES DEVRAIENT MEDITER.