Din l 'courée

Publié le

L'un de mes anciens et sympathiques collègues -Jean Claude SARRAZIN- a habité Lambersart, cour Desailly, dans la courée qui donne rue du Bourg et place des frères Thomas. Il m'a donné un poème de sa composition. Si vous arrivez à le comprendre et à le traduire en français correct, c'est que vous avez une vraie culture cht'i. Prêt pour la lecture et le test ?

DIN L'COUREE

E'je vivo à deux pas d'ichi
D'in l'courée DESAILLY.
 Pour douze maisons  un robinet,
Pour six maisons un cabinet.
In face de l'maison,
à tro mètes inviron,
Ya un grand mur,
Ché pour pa ,bien sûr
Qu'on vo el gardin
et l'maison qu'est ed' in
Ed' lin des notabes
De cheut ' société si équitabe.

Mais à ch' tépoque
Comme el zotes ej'min moque
 On n'in avo que faire
Que certains soient si fiers
 Parce qu'on pouvo courir
Parce qu'on savo sourire
0n n'éto pas malheureux
On n'éto pas peureux.
.Les autos ne passotent que raremint
Ch'éto el quiétude de nos parints.
 On jouo aux cow-boys et aux Indiens
 Autour de l'église y avo pas ed'gardien
 Et, à la fin d'lété on allo ramasser des pennetières.
ça donno el sintimin d'être utiles,on éto fiers.!
Pour gagner du temps on tapo à choques
Comme cha on pouvo aller à l'pecq aux épénocs.

Chéto pas si mal malgré les jours noirs
Puisque pour tous y'avo ed l'espoir.
Din ches années d'après guerre,
I faut el savoir,cheto el misère .
Tous les garchons avotent des pièces à leur marone
Mais pas mi.,Faut dire eq'j'éto pas un sale jone .
In vérité chéto pas à cosse 't cha :
E' mère elle savo faire mieuq'cha.
Elle avo travaillé dans el'confection
 Et min père y manquo pas d'imagination
Y'éto coupeur in confection.
Pour tout dire y trouvo toudi des solutions :
Yacato du tissu au kilo
Et àl tâche, sans hésiter y s'y meto.

Tout cha bien sûr,c'est 'en vision d'enfant
Parc'que mi, ej'gambado dans les camps.!
Ach'teur pour z'ouvriers y a pu d'ouvraches
Y vivent' din des HLM comme din des caches.
 Chacun y'a sin cabinet, chacun y a deux robinets
Les gosses er'vêtent leurs aînés
qui mettent el fu à ché z'autobus
Comme si z'avotent chopé un virus.

 Tout cha m'fait busiller ,
Et jem'dis :

"Où q ché qu'iest el' progrès ?"

                            Jean Claude Sarrazin

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

LABURIAU 21/07/2008 08:17

"Ben, ch'est pas si compliqué qu'cha ! J'ai compris l'essentiel.Cordialement.Marie-Christine

belaval 19/07/2008 21:20

Tout compris!!Merci à l'auteur et au "diffuseur" AFB