DESILLUSIONS DEMOCRATIQUES

Publié le par yvon cousin

La série récurrente des 6 réunions de quartier vient de s'achever par une réunion publique à laquelle ont été invités les 3000 habitants du Pacot Vandracq. Moins de 100 personnes se sont déplacées et pourtant le sujet unique de la réunion aurait dû intéresser un grand nombre . En débat : la rénovation du quartier d'ici à 2013 avec des propositions sur l'environnement; des conséquences sur l'habitat et des projets touchant les services publics.

Décevant ? Oui ,bien sûr. J'ai eu l'impression très désagréable d'avoir posé une question ou d'avoir adressé une invitation à quelqu'un qui n'a pas pris la peine de répondre.

Pourquoi ? Je n'ose croire que les absents s'en remettent totalement au choix des élus !

Mépris ? Accablement d'une population qui ne croit plus en rien et surtout pas "aux politiques" ?

Déception d'avoir déjà été trahis ou "roulés dans la farine "?

Conviction qu'il est inutile d'engager une lutte du pot de terre contre le pot de fer ?

Ou conviction que tout est déjà décidé et qu' "on cherche à nous faire avaler la pilule" ?

Je n'y crois pas. Il existe encore entre la population et les élus locaux, les élus de proximité,une considération,un respect mutuel et une confiance réciproque.

La peur de s'exprimer en public ?

Ce jeudi 9 mars, la télévision offrait-elle des émissions plus attractives qu'un débat sur la démolition-reconstruction de certains appartements ? J'ai vérifié : à l'exception d'un film coté 3* mais datant de 1960,il n'y avait rien de captivant.

Etait-ce dû à un défaut d'information ? Je n'y crois pas non plus.Bien sûr,on peut toujours faire mieux , mais, à plusieurs reprises, le bulletin municipal a évoqué la rénovation du quartier ; le maire en a parlé aux voeux ; une invitation à la réunion a été distribuée dans chaque bôite aux lettres et un article de "La Voix du Nord" posant les bonnes questions ne pouvait qu'inciter à participer à cette rencontre.

Alors ????

J'ai bavardé un long moment à l'issue de la réunion avec un jeune-adulte qui m'interrogeait : -" Vous ne trouvez pas qu'il y a un malaise ?" m'a-t-il demandé 5 ou 6 fois sans pouvoir lui-même me donner la ou les raisons de ce "malaise". "Vous auriez dû faire faire une enquête de porte en porte par les jeunes du quartier pour questionner tous les habitants. Ils auraient été intéressés !"

Soit. Mais faut-il en arriver là ? Faut-il presque supplier pour que nos concitoyens donnent leur avis ? La démocratie n'a-t-elle pas comme fondement la participation des citoyens ? N'y a t il pas un droit d'être informé et de pouvoir participer mais, en retour ,un devoir de participer ? Et ces citoyens auront-ils le droit de contester les choix qui seront faits en leur nom bien qu'ayant manqué eux-mêmes à leur devoir de prendre parti ? Peut-il y avoir des droits sans devoirs ?

J'ai la conviction que la Démocratie dite participative, et la démocratie " tout court", ont besoin d'un ancrage solide dans les esprits. On en est loin. Peut-on compter sur l'école pour que l'Education civique prenne le pas sur l'Instruction civique ? Peut-on seulement compter sur les familles pour faire naître et développer la "Vertu civique" ? Je suis presque gêné d'employer ce mot "vertu". Est-il encore dans nos dictionnaires ?

Pour l'heure je vais tenter d'analyser le "malaise" .....

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

bo goss 13/03/2006 16:45

Effectivement je suis autant surpris que vous du peu d'engouement envers la destruction, la réalisation, l'aménagement de son quartier, son habitation et je sais par expérience que ceux qui raleront dès le début des travaux sont ceux qui n'auront pas participé de près ou de loin à ces consulations.
Habitant non loin du centre E Duthoit je constate que ceux qui se plaignent dans la rue des travaux qui sont effectués afin d'améliorer leur cadre de vie, se sont plains que la mairie organisait des réunions avec les sous du contribuable quelques temps auparavant.
L'idée de la démocratie participative est peut-etre une utopie. Elle doit exister mais quelle énergie dépensée pour si peu de personnes.

laurence 13/03/2006 11:03

je suis malheureusement aussi déçue, perplexe que vous face à ce peu d'intérêt de la population pour la rénovation de leur quartier, leur cadre de vie et leur quotidien....je me pose mille questions sur la communication (l'heure, le lieu, l'outil .), j'attends les effets à retardement (qui arrivent par téléphone dès le jeudi) de la réunion et j'espère que l'article de la VDN de samedi va engendrer des questions, de la curiosité, de l'intérêt et  non pas créer de fausses rumeurs....
je ne m'exprime jamais sur votre blog, mais là je veux croire encore que les habitants s'intéressent à "la chose publique", sont encore acteurs dans leurquartier, dans leurs immeubles...mais le malaise vient il peut être de là...le mot acteur a sans doute laisser la place à consommateur, usager....à qui la faute ? quels sont les actions, les outils à mettre en place pour faire changer les choses ???
j'ose croire que la majorité va réagir,  et  va agir comme certains jeudi derniers en posant des questions judicieuses et constructives....
je vais tout faire pour que ces habitants deviennent acteurs et que la démocratie participative trouve du sens et de l'écho dans ce projet...  au sortir de la dernière réunion de quartier c'est un véritable défi mais qui va je pense être passionnant !