Vents contraires à la communauté urbaine

Publié le

Les pronostics sont unanimes : Marc Philippe Daubresse ne sera pas le prochain président de la Communauté Urbaine. Pourtant,il s'y était préparé "à la Sarko". Déclaration de candidature longtemps avant l'échéance ; affirmation  réaffirmée à chaque instant propice et volonté manifestée "pas seulement le matin en se rasant" !..; élaboration d'un programme de grande qualité ; présentation des thèmes de ce programme dans des "conventions" où des personnalités compétentes venaient témoigner publiquement...
Tout semblait bien huilé et laissait espérer.
Le "système mauroy",système Raminagrobis où chacun trouvait son compte,allait peut-être perdurer.
 Et patatras ! Les élections municipales sont venues contrecarrer les espoirs. Sarko a déçu.Des supporteurs se sont éloignés emportant avec eux leurs bulletins de vote. La gauche et ses alliés en ont profité,leurs élus seront plus nombreux au conseil de Communauté.Dans ces conditions , l'écart des voix entre les deux candidats, M. Aubry et M.P.Daubresse, risquant d'être important, fallait-il ,comme le suggéraient certains,que ce dernier retire *sa candidature ?
 Il a interrogé les membres de son groupe et ,à l'unanimité ils l'ont incité à poursuivre. Je suis de ceux là. Je suis de ceux qui pensent que quelqu'un qui a une responsabilité importante au sein d'un parti ou d'une famille politique ne peut pas refuser le combat des idées et la confrontation des programmes.On peut accepter qu'un général refuse une bataille pour ne pas conduire inutilement ses soldats à la mort mais on ne peut admettre l'abandon d'un leader politique avant même qu'il ait combattu.On n'abandonne pas la défense des idées que l'on croit les meilleures. La défaite est assurée ? Tant pis ! C'est Edouard Herriot qui disait que la politique , comme la météorologie, devait se plier aux courants d'air. Cette fois les courants seront contraires.
Ce qui est à craindre pour les Lambersartois,c'est que les "facilités" ,l'écoute bienveillante de Pierre Mauroy pour nos projets disparaissent. Finis les avantages que l'on pouvait retirer de ce qui s'appelait un "accord de gestion".Demain,comme l'ont déjà annoncé quelques éminences métropolitaines de gauche, la majorité nouvelle affichera ses choix sans compromis. Ce sera moins confortable pour nous.
Espérons quand même que les engagements pris ,en voirie par exemple
,
seront tenus. Il y a des projets que nous avons déjà annoncés.

*retirât,pour les puristes.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article