18 JUIN 2010

Publié le par lambersart-yvon cousin

Il y avait un peu plus de monde que d'habitude pour la cérémonie de commémoration de l'appel du 18 Juin. C'était le 70ième anniversaire de l'évènement et les Lambersartois ont été plus nombreux à vouloir se souIMG00014-20100618-2113.jpgvenir des mois de mai et juin 1940.

 Car c'est bien en mai et juin 1940 que Lambersart a connu les premieres grandes souffrances de la guerre . Certes, 750 jeunes de la commune avaient déjà été mobilisés ; certains étaient déjà morts et beaucoup étaient prisonniers tellement l'invasion allemande était fulgurante.

 Mais, c'est lorsque le 10 mai à 5 heures du matin quand les premières bombes sont tombées sur Lambersart -bien qu'elles fussent destinées aux voies ferrées de Lille-Délivrance - que la population comprit l'ampleur de la tragédie en comptant ses premiers morts civils et ses nombreux blessés.

 Le passage des réfugiés belges accentua le climat de panique. En 10 jours, Lambersart est passée de 16.000 à 3000 habitants ! Alors, tout s'est accéléré jusqu'à la fin du mois . Malgré la bravoure des soldats français, anglais et des tirailleurs marocains, nos quartiers tombent successivement :Canteleu, le Bourg, le Canon d'Or. Les Allemands progressent rue par rue et les sans-abris doivent se réfugier dans l'église St-Calixte qui en accueillera jusqu'à 1000 ! Le 31 mai, enfin,les combats de rue cessent mais Lambersart est occupée. Une autre vie s'installa alors : lente, muette , craintive , résignée , sans que "l'appel du général de Gaulle " ne vînt troubler les esprits .

 Les questions que je me pose chaque 18 juin sont toujours les mêmes : Comment faut-il juger, ( d'ailleurs faut-il le faire ?) , ceux qui , dans les jours et les mois qui ont suivi ce jour de 1940, ne se sont pas engagés dans la résistance, quand ils ont appris que celle ci s'organisait ?.

 Et moi , qu'aurais-je choisi ?

 Après coup les choix sont toujours faciles et glorieux.

 Comme beaucoup de ceux qui ont assisté hier aux cérémonies lambersartoises je n'ai pas eu à choisir. J'ai même pu profiter de l'excellent concert donné par l'Harmonie Municipale de Lambersart sous le kiosque du parc des Charmettes. Jean Luc Baelden nous avait sélectionné des morceaux cultes :la 2ième D.B. ;le mur de l'Atlantique ; la 7ième Compagnie ; American Patrol ; In the mood...Il ne manquait que des hommes aux cheveux gominés et des femmes aux jupes plissées et hauts talons.

 Pour la nostalgie on devrait organiser plus souvent des concerts dans ce kiosque.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
Y


à Thérèse et Roger  :


Merci de vos témoignages . Le "vécu" des gens est parfois différent de ce que retient la "Grande Histoire" . Je comprends qUe vous ayez à coeur de faire partager vos émotions passées ou
présentes.
Yvon


 



Répondre
R


La venue des gens à l'église Ste Calixte en mai  40 n'est pas seulement du aux sans abri pour preuve ce qui m'est arrivé ce jour là : J'habitais alors rue Volta entre la rue de La Carnoy et
la rue des Aubépines aujourd(hui, les tirs s'étaient interrompus , nous n'entendions alors que les craquements de l'ncendie des Charmettes, je suis sorti sur la rue et là j'ai été abordé par le
commissaire de police e deux autres personnes : vous êtes encore là, il vouis faut partir au plus vite à l'église st calixtre, car les combats ne sont pas taerminés, c'est une trève, il a ét
convenu une trève, mais si le général ne se rens pas les combats rerendront. L'église St Calixte est considéré comme zone neutre. Alors , ma mère, ma soeur et moi sommes partis. Sur la place de
l'église pleine d'allemands qui essayaient de nous donner de la nourriture que nous refusions fièrement évidemment . Ma mère, voyant le monde dans l'église, s'est écrié :pendant que nous sommes
ici ,on pille peu-être nottre maison et si c'est pour mouri je préfère ma maison et nous sommes repartyis pour la rue Volata


Le bombardement du 10 mùai a détruit une ferme se trouvant à peu près à l'emplacement du restaurant scolaire, ferme qui à ma connaissance n'a jamais été rebatie


 


l



Répondre
T


10 mai 1940, je ne peux pas dire que je m'en souviens puisque je suis née plus de 6 ans après, mais combien de fois j'ai entendu le récit de cette journée. Mes parents avaient choisi cette date
pour se marier en Mairie de Lambersart, précisément, dans le petit château des Charmettes qui fut incendié après ! Grande était mon émotion vendredi dernier quand je vous ai entendu rappeler ces
tragiques journées et que j'ai vu assis ces vieux messieurs assis dans l'hôtel de ville, témoins de cette époque et qui ont donné de leurs belles et jeunes années pour que nous restions
Français !



Répondre
H


Il faut entretenir le souvenir de cet "Appel du 18 Juin 1940", c'est une étape "Historique" et n'oublions pas non plus "Le Général de Gaulle".


Je n'ai pas entendu cet appel du 18 juin en raison de mon âge, mais une chose est certaine, car je me connais assez bien, sans hésitation possible j'aurai rejoint la résistance...


Respect envers nos aînés qui ont vécu cette époque.



Répondre