TOURBILLON

Publié le

Les jours qui ont précédé ces vacances de février ont été animés ! 
D'abord à la Communauté Urbaine.Il fallait choisir le futur partenaire pour le grand stade.Beaucoup d'agitation, de pourparlers pour éviter d'opposer et de figer trop tôt les positions des groupes politiques; ce qui aurait pu avoir des conséquences fâcheuses pour l'élection à la future présidence. Les leaders ont donc fait de la dentelle politique et on est arrivé à une quasi unanimité. P. Mauroy a même été félicité pour avoir soumis une option qui n'était pas la sienne
.Reveil brutal le samedi matin à 7H1/2.Un conseiller municipal m'informe que le quartier des Conquérants est vent-debout car les poubelles ont été collectées la veille jusqu'à près de minuit.
Dès le lundi matin on remet ça. Cette fois c'est la suppression de deux arrêts de bus à la Cessoie qui fait hurler. Ceux qui se manifestent le plus ne sont d'ailleurs pas les usagers pénalisés.
 Et tout s'enchaîne: des ouvriers qui travaillaient sur la toîture de la salle A. Malraux mettent le feu à la terrasse.
Et tout se succède ou se mêle dans la plus grande variété : remise de diplômes aux jeunes piétons "éduqués";présentation du programme électoral de notre liste;soirée-anniversaire des 40 ans de la Communauté Urbaine;étude sur place des conditions de stationnement de la rue A. Briand;rendez-vous avec les habitants d'un immeuble, excédés du comportement des jeunes dans leur entrée et leur cage d'escalier ; et ce dernier conseil municipal du mandat où certains collègues siégeaient pour la dernière fois. Bref un tourbillon vivifiant !
 Et la confirmation qu'on ne peut que rarement satisfaire tout le monde. Vous en voulez 2 exemples ? A propos du changement d'horaire de ramasage des poubelles,-demandé par beaucoup qui n'apprécient pas d'être réveillés très tôt le matin-, cette dame qui manifeste son mécontentement sans autre argument que -"avant je sortais ma poubelle le matin, maintenant je dois la sortir en fin d'après-midi !".ou cette autre Lambersartoise qui a rouspété parce qu'on a installé un banc au coin de sa rue. Un banc demandé par des personnes âgées qui habitent avenue du Maréchal Leclerc , qui vont faire leurs courses à pied au "Marché+" de l'avenue de l'hippodrome et pour qui ce banc permet une halte.
Heureusement, au milieu de tout cela il y avait le deuxième festival du blues de St-André. J'y suis allé 3 soirs et je ne suis pas prêt d'oublier le 'Downchild Blues Band"!. Un groupe de Toronto créé en 1969. Une "rareté musicale" vantait le programme. C'est vrai.Vivement le troisième festival.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article