LE COEUR EN PLUS -21

Publié le par lambersart-yvon cousin

La  campagne promettait d'être animée. Elle le fut. M.P. Daubresse ouvrit le feu par une tricherie. Dans un tract, il me gomma sur une photo et me remplaça par un de ses colistiers . Pas de chance , l'équipe de N. Bouche ,candidat lui aussi ,s'en aperçut et dénonça la supercherie à La Voix du Nord qui informa en page régionale! Le reste fut à l'avenant: rumeur d'un sondage qui lui était favorable, dénigrements , mensonges et pressions sur des commerçants furent du lot. Des fourberies qui ne m'étonnaient pas.

En revanche, les fourberies qui s'étaient révélées lors du vote de mon éviction (cf l'halali),m'interrogeaient. J'ai fini par classer mes anciens collègues en deux catégories . Ceux et celles qui , analysant comme moi les dysfonctionnements à la mairie, n'étaient pas prêts à s'opposer à celui que, par habitude, depuis six ans ,ils reconnaissaient comme leur maire et leur mentor. La Boétie les aurait appelés les êtres prédisposés à la servitude volontaire. Les autres étaient mus par la préservation de leurs privilèges.

Pour ma part, une fois passée la déception du peu d'élus qui m'ont suivi dans la rupture, j'ai pu bâtir assez facilement une liste de colistiers . (voir ci-dessous)). Le groupe Lambersart en Mouvement déjà constitué autour d' O. Fauchille nous a rejoint rapidement et est resté loyal pendant toute la mandature Le nom Lambersart, le Coeur en Plus! fut vite adopté . A lui seul il donnait l' idée de notre ambition . Je me souviens avec plaisir de l'enthousiasme, de l'esprit de conquête et de la confiance dans la victoire qui nous animaient. Nos réunions étaient joyeuses , commençant et se terminant par un chant créé spécialement accompagné à l'accordéon   J'étais étonné de l'ardeur mise à faire le porte à porte et des retours positifs qui m'en étaient faits Chez moi tout le monde s'y était mis : Chantal me faisait part de son analyse critique, Philippe apportait ses connaissances en stratégie politique et Valérie en communication de groupe. Yannick, Caroline, mon neveu Matthieu... étaient aussi mis à contribution pour le tractage ou l'affichage selon une distribution quasi militaire que menait B. Coffyn. On y croyait!

Les résultats du 1er tour nous placèrent en deuxième position avec peu d'avance sur la liste de N. Bouche . La gauche était éliminée . J'espérais que les socialistes qui avaient pourtant critiqué avec rudesse le maire sortant viendraient m'épauler dans son élimination au 2e tour. Il n'en fut rien , leur représentant a déclaré ne pas prendre parti entre la peste et le choléra!    En fait le cas lambersartois avait été tranché au niveau supérieur du parti où l'on jugeait préférable de conserver comme adversaire MP Daubresse bien connu et bien cerné plutôt que de se trouver face à ce Cousin imprévisible politiquement.

La raison de mon score décevant était évidente. Pour les électeurs peu informés de la réalité de la vie municipale, je payais les 25 années passées à côté de M.P. Daubresse, - une connivence de fait - alors que N.Bouche apparaissait comme un homme neuf . Dans l'entre deux tours j'ai proposé une fusion avec ce dernier . J'étais même prêt à céder ma place mais mon équipe a refusé arguant que le vote des électeurs devait être respecté scrupuleusement. L'autre solution,- une répartition dans l'exécutif, presque à égalité -, avait été acceptée intelligemment par ses représentants mais refusée ensuite par son groupe . Dès lors , M.P.Daubresse pouvait espérer repartir pour 6 ans . Le 30 mars 2014, après avoir été injurié à mon arrivée à l'hôtel de ville par des suppôts du maire , j'ai appris ma défaite par 370 voix de différence sur près de 13000 votants, soit 48,29%.  En politicien aguerri, MP Daubresse avait sans doute su récupérer une partie des voix du candidat Pouppeville qui, dit la vox populi , a fait voter pour lui , moyennant le paiement de tout ou partie de ses fais de campagne.

Mon équipe était anéantie et beaucoup de nos électeurs nous ont fait part de leur espoir brisé.

Comme le prévoit la loi, le nouveau conseil municipal fut installé le 6 avril. Le Coeur en Plus avait 8 élus et comme doyen d'âge je devais présider quelques instants l'assemblée . Calmement, sans esprit revanchard, voici ce que j'ai déclaré dans un silence absolu

: Avant que le protocole rigide de l' installation du conseil municipal nous oblige les uns et les autres à une certaine discipline et à un rituel, je souhaite , sous forme d'un clin d'oeil malicieux, vous faire part du sentiment que j'éprouve. Laissez moi savourer cet instant, puisqu'il ne durera pas: Me voici enfin calife à la place du calife!
Croyez moi, je suis bien dans mes babouches .
Malheureusement je ne serai pas calife . Malgré tout , j'ai fait ce que ma conscience et mes amis me dictaient et tout au long de ces derniers mois j'ai reçu les dons les plus précieux qu'on puisse recevoir: les mots du cœur des Lambersartois, du moins de la moitié de ceux qui s'expriment. Ces mots valent plus qu'un turban et autant que l'écharpe tricolore aux glands dorés que j'ai devant moi.

Ce matin les trois couleurs nationales nous rassemblent et nous obligent .
Votre présence, Mmes et MM, en est la preuve. C'est en citoyens que vous êtes là. Après la campagne électorale vous voulez voir les élus que vous avez choisis ,ceux en qui vous avez mis votre confiance, rassemblés, sans haine, prêts à servir notre cité. Leurs options étaient différentes et leurs priorités ne sont pas les mêmes.Mais la démocratie doit les réunir .Je reprends volontiers une fois encore l'image de Platon qui dans «la République» comparait la démocratie à un manteau bigarré, bariolé, couvert de taches multicolores. Ces taches, ce sont nos options politiques, nos programmes distincts et parfois contraires. Ce manteau, si vous acceptez l'image de ce philosophe grec, couvre tout le corps électoral lambersartois. Mais il n'est plus le même qu'en 2008 . Il y a 6 ans son tissu allait du rouge, rouge teinté de vert, au bleu ,en passant par le rose.Aujourd'hui, il est bicolore . Le bleu UMP et ses variantes;et le blanc des indépendants et du centre .Il n'y a même plus une petite pastille de rose . Voilà un manteau trop étriqué qui , pensent certains, eux-mêmes piqués par la mouche tsé-tsé, ne peut couvrir les malades de la peste et du choléra que nous serions. Ils se trompent. Il nous faut collègues élus, nous serrer et nous rassembler pour lutter contre ce fléau mortel pour la démocratie: le mépris et le rejet des autres. Le manteau est étriqué mais il est chaud. Il peut faire vivre la démocratie à Lambersart. Si nous le voulons.

La majorité comme la minorité de ce conseil ont donc des obligations

Vous, membres de la majorité vous avez le devoir d'informer sans chercher la propagande , de laisser s'exprimer votre opposition dans chacune des publications municipales. L'information est le fondement de la démocratie.Si vous la viciez , vous ne la respectez pas . Vous avez aussi le devoir de restreindre l'apparat et de mettre les moyens là où ils sont nécessaires et non là où ils flattent vos politiques. J'ai bien lu dans votre dernier document de campagne que vous aviez reçu -avec humilité- les reproches que vous faisait la moitié des Lambersartois et que vous étiez prêt à changer de gouvernance.

S'agissait-il là de promesses ou d'engagements? Peut-être connaissez vous la mésaventure arrivée à M. Harold Wilson ,premier ministre anglais qui dans un meeting, pour susciter l'adhésion aurait dit: «et ceci n'est pas une promesse, c'est un engagement!». Cette déclaration lui valut bien des critiques et sa chute quand il n'a pu assumer ses responsabilités. J'ai cru comprendre que vous vous étiez engagé . Bravo. Tenez vos engagements.
L'opposition que j'ai l'honneur de représenter avec 7 de mes amis a aussi des devoirs. S'informer et informer, critiquer en tenant compte des difficultés, dénoncer l'injustice ,les abus et la malhonnêteté. Elle doit constamment répondre à la question: où est l'intérêt des Lambersartois? Le compromis est possible, la compromission ne l'est pas .

A tous les élus ici présents, je dis « restons humbles, notre responsabilité est grande» Nous devons les uns et les autres offrir plus de bien-être, plus de qualité de vie. Apprenons donc les uns et les autres à mieux connaître les attentes et les besoins des Lambersartois. Efforçons nous de leur répondre au mieux en les respectant tous et en aidant certains à prendre conscience qu'ils ne sont ni des consommateurs, ni des usagers, ni même des administrés comme on disait autrefois, mais qu'ils sont des citoyens. Faisons en sorte que la mairie soit pour eux un lieu de valorisation, un lieu de secours parfois, en tout cas un vrai lieu d'humanité.

Vous avez gagné M. Daubresse à 50%.Vous allez pouvoir commander. Mais commander n'est-ce-pas se condamner à dépendre des autres?

J'ai perdu à 50% et je dois représenter la minorité. Je dois parler en son nom et non plus au mien .Moi aussi je suis condamné à dépendre des autres.
Et il en va de même pour tous les élus . Nos tâches sont difficiles mais exaltantes . Je souhaite que chaque Lambersartois puisse nous aider à remplir notre rôle avec dévouement, désintéressement, honnêteté et courage.
A tous et à tous les Lambersartois je souhaite six années heureuses.

Vive Lambersart.:

Malgré les paroles conciliantes que j'avais tenues, les six années passées dans la minorité furent difficiles à vivre. Le maire se montra intolérant . Il fallait faire payer aux élus du Coeur en Plus l'affront de cette victoire si étriquée. Certains ne résistèrent pas. L'une se laissa séduire par les sirènes de la majorité au pouvoir, l'autre mina le groupe pour préparer son propre avenir politique. Il est vrai que le combat ne cessa pas . Les avanies se succédaient dans le bulletin municipal de propagande . Nous ne pouvions répondre que par quelques lignes qui nous avaient été chichement octroyées . B. Astruc, l'épouse du maire , directrice de la publication,  se prêtait aux insultes qui nous mettaient dans le caniveau, nous traitaient de pseudo-citoyens et de populistes ou nous gratifiaient d'une langue de vipère! Les relations ne pouvaient s'améliorer car , B.Coffyn aidé de E. Darques , inlassable chasseur anti-corruption, se mit à éplucher les comptes de la ville. Certains «dossiers» comme on les a appelés pudiquement ont été mis sur la place publique au point qu'une partie de l'équipe municipale majoritaire a découvert les anomalies:  un meeting de N.Sarkozy à Lambersart sous estimé financièrement, une association sous la coupe de la municipalité, des séminaires d'élus profitant à un organisme politique proche du maire, des frais de restaurant  invraisemblables , un marché d'avocat ou des locations de salles qui posent problème et jusqu'à une perquisition dans le bureau du maire ! . Ch Krieger , succédant à MP Daubresse , dut gérer ces bizareries . Elle en nia ou absous  tellement qu'une dizaine d'élus fâchés se séparèrent de son groupe et se présentèrent à l'élection municipale en 2020.. Ce qui restait du groupe Daubresse-Astruc. était tellement affaibli auprès de la population qu'il jugea bon de se retirer du 2e tour de l'élection. MP Daubresse qui avait eu l'outrecuidance de vouloir détrôner Mme. Aubry à Lille y fut humilié après avoir perdu son prestige dans son parti et à la Métropole européenne de Lille .Il sauva de justesse son siège de sénateur, derrière le Parti Communiste !

En 2020, je pouvais me retirer sereinement de la vie politique locale après avoir apporté mon appui à O. Fauchille qui voulait poursuivre le combat politique sous une autre forme . Avec mes fidèles amis dont la courageuse M.F Delesalle, je pouvais me dire que j'avais pris ma part dans la disgrâce  du couple Daubresse-Astruc . Non  par vengeance ou par haine mais par la volonté de défendre des valeurs qu'ils avaient abandonnées et ma détermination à dénoncer ceux qui profitent de leur fonction élective pour abuser du bien public.

 

 

L'équipe de Lambersart le cœur en Plus ! Y.Cousin, S. Loquin, F.Dehaeze, C. Ferrier, O.Fauchille, M F Delesalle, B.Coffyn, B Lepoutre, E Chanu, H. Santune, B.Vieillard, C.Dorchies, P.Lequeulx, V.Dolignon, A.Achouri, O. Hennebo, C Caron, I?Fache, Ch de Rosny, C Cathelain , N. Sabouni, C. Chandelier, G.Solignac, Ch Dindeleux, K.Dapvril, S. Mesnil, Ch Rémy, A.Th de Souza, A. Belin, M.Ch Laburiau, D.Blanquart, C.Delcroix, G.Guerrien, C.Desseaux, F.Bruhaux. J.Loirette mandataire financier

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article