L'HALALI -20

Publié le par lambersart-yvon cousin

 

   Ce fut un séisme pour certains et un grand étonnement pour beaucoup.

Naïvement je croyais que M.P.Daubresse et moi nous entamerions un combat politique comme celui qui opposait à Lille Martine Aubry et les Verts .Ils savaient qu'ils s'affronteraient dans un futur proche mais jusque là chacun continuait à travailler dans ses fonctions. C'était le jeu démocratique normal.

A lambersart il en allait tout autrement. Comment le premier adjoint osait-il s'attaquer au député-maire, ancien ministre, président départemental de l'UMP, président du SIVOM, vice-président de la Communauté Urbaine (aujourd'hui MEL)? Etait-il présomptueux ou inconscient? MPD a vite compris que son image allait s'écorner et que, s'il perdait, il serait humilié. La presse ne s'y trompait pas non plus. Daily Nord buvait du petit lait et La Voix du Nord a même titré que, dans le secteur, le duel Daubresse-Cousin passionnait plus que Sarkozy.

Le monarque du lieu pouvait réagir de deux façons, selon son caractère . Il était capable d'utiliser deux types de procédés aussi méprisables voire abjects l'un que l'autre. Ou bien la brutalité comme il l'emploiera quand il a fait «  changer en catimini les serrures du local de la fédération UMP .  B. Gérard, le président , rival de Daubresse a retrouvé ses affaires sur le trottoir» (Le Point 4/12/2014). Allais-je, à mon tour, me faire expulser manu militari de mon bureau d'adjoint? Ou bien la vulgarité des anathèmes et des quolibets 

jetés  sur  ses adversaires. F Hollande ,entre autres, bien que président de la République en avait fait les frais et avait été  traité de «boubourse» .  Quant à moi, incapable qu'il était de m'attaquer sur la façon dont je remplissais mes fonctions d'adjoint, je fus raillé sur mon âge, sur ma prétendue volonté de devenir calife à la place du calife et surtout vilipendé comme traître. Cette dernière charge faisait sourire ceux qui connaissaient son parcours politique pour le moins sinueux et qui se souvenaient que lui-même avait trahi son camp en votant et faisant voter pour le socialiste P. Mauroy à la CUDL ( devenue Métropole de Lille) afin d'obtenir la place de 1er vice-président!

A l'intérieur de l'équipe municipale la pression était tellement forte que même les élus indifférents ou réfractaires aux mésententes ont fini par signer, la veille du conseil municipal programmé pour m'évincer, un texte affirmant leur allégeance totale à sa personne.

Vint donc le conseil du 10 décembre 2013. Dès le début l'ambiance était lourde avant de devenir malsaine . M.P. Daubresse a annoncé sans émotion que deux jours plus tôt il avait décidé de retirer mes délégations «compte tenu des événements récents et des propos tenus par Monsieur Yvon Cousin».  En fait il s'agissait de l'officialisation de ma candidature . (cf la rupture). Dans la foulée il proposait au conseil de supprimer mon poste d'adjoint et de désigner des remplaçants dans mes diverses représentations . Avant de procéder à un vote global qui m'enlevait toutes fonctions au sein de l'exécutif municipal, sans toutefois pouvoir me rayer de la liste des conseillers municipaux, il ouvrit le débat. Voici ce que j'ai alors déclaré :

M le maire-sortant, Mesdames et messieurs les élu(e)s,

Depuis quelques semaines l'hallali sonne dans Lambersart. La meute aboie.Voici maintenant l'heure de la mise à mort. Permettez à l'animal traqué de résister encore noblement et crânement avant de laisser chacun face à sa conscience .

Je m'adresse tout d'abord à vous M.le maire-sortant, ancien ministre,député, ancien vice président de la Communauté Urbaine, président du SIVOM, secrétaire général adjoint de l'UMP,président départemental de l'UMP.

Depuis plus de 20 ans je suis à vos côtés. Je ne vous ai pas servi mais j'ai servi les Lambersartois .C'est peut-être ce que vous ne supportez plus . Il vous faut une cour. Je ne veux pas en être. Vous donnez donc le triste spectacle du monarque qui punit l'audacieux qui ne baisse plus assez la tête . C'est pitoyable .

Pitoyable d'abord de refuser qu'en démocratie quelqu'un puisse se déclarer candidat à une élection contre vous . Êtes vous maire de droit divin? Trahison, dîtes vous .
Pitoyable de justifier cette prétendue trahison en déclarant que dans une équipe municipale on ne peut avoir «un pied dedans et un pied dehors». Vous êtes un modèle: «un pied chez Sarko, un pied chez Borloo». Quant à la trahison je me souviens des paroles de vos anciens compagnons de l'UDF quand vous les avez abandonnés , en pleine campagne présidentielle .Traître? Envers vous si vous le jugez ainsi; mais pas envers les Lambersartois . C'est ce qui m'importe .

Pitoyable de me dire obnubilé, obsédé même par le désir d'être maire . Vous êtes de mauvaise foi . Je vous ai dit qu'en cas de vacance du poste de maire entre 2017 et 2020,conséquence de la loi sur le non cumul des mandats, je souhaitais , pendant ces seules 3 années assurer la fonction. C'eut été mon bâton de maréchal . N'êtes vous pas vous-même obsédé en voulant rester maire après un quart de siècle dans cette fonction?

Pitoyable de m'attaquer sur mon âge alors que vous me proposiez de rester 1er adjoint, conseiller communautaire et même de devenir conseiller régional . Quelle bassesse! Avez-vous oublié ce que disait déjà de vous Alex Türk il y a quelques années , «Daubresse doit accepter qu'il n'incarne pas le renouveau». J'ajouterai même que vous représentez la politique à l'ancienne, celle que les Français exècrent .

Pitoyable de me contredire sur le prétendu bonheur du personnel municipal . Vu de Paris peut-être qu'il est heureux ce personnel . Mais laissez le s'exprimer en dehors des pressions qu'il subit, vous serez édifié .

Pitoyables vos invectives contre Mme Aubry que vous qualifiez de tsarine quand vous même vous vous comportez en monarque .Mme Aubry sait que certains de ses adjoints s'opposeront à elle en 2014. Elle ne leur a pas enlevé leurs délégations .Autocratie en deçà de la Deûle, démocratie au delà. Les apparences sont trompeuses.

Pitoyable ce spectacle où vous courez essoufflé de maison de retraite en match de football pour glaner quelques voix auprès de ceux que vous ignorez à longueur d'années

Pitoyable cette vengeance mesquine du retrait des délégations à F Dehaeze et à B Coffyn à qui vous n'avez pas donné les moyens de bien faire leur travail et qui ont eu l'outrecuidance de vous le dire .« Le premier qui dit la vérité, chantait Guy Béart, il doit être exécuté ».

J'arrête là . M. le maire sortant , ces mesquineries vous enlèvent toute élégance, tout panache et même toute vertu démocratique.Vous serez surpris le soir du 30 mars prochain quand il vous faudra constater que vous serez le premier maire de Lambersart contraint à un deuxième tour sans garantie de le gagner .

Quant à vous mes collègues , pouvez-vous m'écouter quelques minutes aussi?

Si vous avez des raisons de me juger incompétent

Si vous pensez que j'ai nui ou que je suis susceptible de nuire aux Lambersartois

Si vous pensez que je vous ai nui dans vos fonctions d'élu(e)

Si je vous ai refusé une seule fois mon aide ou mon soutien

Si vous m'avez compté plus de deux fois absent dans les commissions ou au conseil municipal

Si avant le 8 novembre vous m'avez entendu une seule fois critiquer publiquement notre équipe et ainsi lui porter préjudice

Si vous estimez que d'ici mars 2014 je pourrais nuire, non pas au maire, mais aux Lambersartois,

Si vous estimez que déclarer ma candidature pour 2014 est un acte anti-démocratique qui mérite une sanction

Si vous pensez que j'ai tort, après d'autres, de dénoncer les dépenses somptuaires qu'impose à la ville en période de crise le couple Astruc-Daubresse

Si vous jugez que j'aurais dû démissionner sans avoir commis de faute pour assurer la sérénité du maire-sortant

Si vous pensez que la ville est bien gérée quand nous avons les impôts locaux les plus élevés du secteur

Si vous pensez que j'ai pris le maire-sortant en traître alors que depuis des années je dénonce ses dérives

Si tout cela ne vous dérange pas et si vous préférez couvrir ces méfaits du voile pudique de la défense de vos intérêts, Alors lynchez-moi , sortez votre épée du fourreau et frappez moi en votant ma déchéance. Votre conscience vous reprochera peut-être longtemps votre lâcheté. Quant à ceux que la pression n'a pas détournés et qui ne se sont pas vendus politiquement, je leur adresse mon profond respect.

Mon sort étant scellé puisque la presse a déjà annoncé ce matin le nombre de ceux qu'elle appelle votre «bande» (expression savoureuse),je vous demande M.le maire d'organiser le vote par appel nominal.

Avant la très longue réponse et les critiques acerbes de M.P.Daubresse, quatre conseillers se sont exprimés :           

      

J.Roussel déclara ne pas s'étonner du désaccord profond au sein du groupe , le maire ayant sacrifié notre commune au profit de son intérêt personnel»

Bernard Coffyn, fidèle en amitié et toujours défenseur des valeurs civiques affirma «ne plus cautionner un maire qui confond servir les Lambersartois et se servir pour assouvir son ambition nationale personnelle».

Ali Achouri, absent pour raison de santé, fit lire sa déclaration , rappelant ma loyauté et condamnant l'ingratitude qui me frappait.

Enfin, C.Krieger au nom du groupe majoritaire approuva «sans réserve» le retrait de mes délégations.

Sans surprise donc, le retrait de mes délégations fut adopté par 25 voix contre 9 , celles de B.Coffyn, F.Dehaeze, A Achouri, J. Roussel, Mme Latifa Dubois, Mme Th Dupont, M. N. Bouche, M. P.Y.Pira ; et 1 abstention Mme Chasseing.

La campagne électorale pouvait commencer...

..

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article