PIERROT

Publié le par lambersart-yvon cousin

PIERROT
A la cité familiale, tout le monde le connaît : c'est Pierrot.

Trapu, plutôt taiseux mais capable de laisser perler une larme quand on l'entraîne vers certains souvenirs.

.Il était en face de moi ce lundi au banquet du 11 Novembre. Gentiment je l'ai interrogé sur ses attaches professionnelles passées.
Voilà 17 ans qu'il est en retraite de la police et quand il passe devant l'ex commissariat central de Lille,  boulevard du maréchal Vaillant, il ressent un très fort pincement au cœur . Le souvenir des gardes , y compris les soirs de Noël, le souvenir des missions de jour et de nuit, le souvenir  des contacts rugueux avec certains délinquants, tout cela lui  revient en mémoire . C'était l'époque où Jean Gabin ou le célèbre inspecteur Bourel des « Cinq dernières minutes «  venaient tourner leurs films ou leurs séries dans les locaux . Pas forcément le bon temps mais une période qui marque.
L'autre époque est plus prégnante encore . « Treize ans à la canine ! » déclare Pierrot.  Il en rêve encore souvent tellement ce qu'il y a vécu a été fort . Avec les chiens bien sûr , ces bergers allemands qui peuvent être aussi obéissants  et affectueux que mordants et féroces . « Rien à craindre affirme Pierrot  tant que le maître- chien n'ordonne pas : « attaque ! » Mais surtout quelle aide pour les policiers !  E t les souvenirs remontent :  ce petit garçon perdu dans un bois que le chien a retrouvé et cette fillette  disparue à proximité de la Deûle . Par deux fois les policiers ont mis  le chien sur des pistes différentes et chaque fois le chien est revenu au même endroit sur la berge , indiquant ainsi aux plongeurs que 'c'était bien là que se trouvait le corps .
Les larmes de Pierrot ont coulé quand il a dû entrer dans un appartement lillois où sur le lit un petit garçon couvert d'ecchymoses lui a tendu les bras en disant « bobo  !» . Il venait d'être frappé par une mère indigne .
. Pierrot , le policier, l'a pris dans ses bras  et l'a serré fort.et longtemps..

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article