SEMAINE BLEUE POUR SENIORS VERTS

Publié le par lambersart-yvon cousin

Il y a soixante dix ans, on les  appelait les vieillards. Parfois déments, souvent incontinents et presque toujours impotents, on les parquait dans des asiles mais, à l'école, on apprenait aux enfants à les vénérer. Quand ils sont devenus « les vieux » on les a regroupés dans les hospices, avec crachoirs dans les couloirs mais on leur a payé « une vignette ». Puis on les a gratifiés du titre de « personnes âgées » ou même d' "aînés "  pour peu qu'ils ne soient pas trop gâteux. Et aujourd'hui les voilà devenus des « seniors » ! Et on veut les choyer . Les mères et les pères ont droit à un dimanche de fête par an. Pour eux , c'est une semaine !... et c'est tant mieux.
Chaque commune déploie donc des trésors d'ingéniosité pour distraire ses seniors et embellir leur semaine « bleue » .

Pourquoi « bleue » ? j'ai cherché et je n'ai trouvé que des explications oiseuses du genre : le bleu c'est la fraîcheur, la sagesse etc...Pas convaincant en tout cas pour qualifier une semaine honorant des seniors en bonne santé , de plus en plus « verts », au point qu'on leur offre des activités qui ne peuvent que raviver leurs souvenirs d'enfance . A Lambersart, un « atelier » (je déteste ce mot quand il est employé dans les activités de loisirs) propose une animation originale : la trottinette !

Allez papy, allez mémère un pied sur l'engin et l'autre jambe qui pousse tout en souplesse . Finis l'arthrose et le rhumatisme. Roulez jeunesse ! Fous rires ...et chutes garantis .

Je propose donc pour l'an prochain de poursuivre ce retour en enfance et d'inviter nos fougueux seniors à se dépenser au jeu de Colin-maillard, à pousser l'escarpolette ou à s'élancer sur les cases du jeu de marelle. Quant aux Lambersartois « gaulois réfractaires » aux jeux d'extérieur , on pourrait les inciter à construire un château en Légo ou un petit train électrique.

Je m'arrête car je me sens envahir par ma petite enfance.....Areu , areu.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article