LEUR DERNIER JOUR (1)

Publié le par lambersart-yvon cousin

sortie de l'église St Gérard

Hier, en commémorant la libération de la commune, Lambersart a rendu hommage aux jeunes équipiers nationaux qui ont été fusillés à Englos le dimanche 3 septembre 1944 . J'ai retrouvé le récit de leur dernière journée publié par le Comité du Souvenir des Martyrs du 3 septembre 1944 dont M.Felix Hennache perpétue la présence :

« Avant l'aube,la première équipe quitte le local installé à l'école Watteau , s'en va à pied au calvaire de Lomme et arrive à la fin de la fusillade.
Jean Caloone essaie d'obtenir des renseignements et apprend que les FFI n'ont abandonné aucun blessé ,mais ont laissé des Allemands dans les jardins, derrière le poste de transformation.
Les équipiers découvrent en effet les corps. Tous sont morts.Ils décident de les transporter au cimetière à l'aide d'une petite charrette.
Passent alors des S.S. . L'officier demande qui est le chef. On devine qu'ils accusent les équipiers d'avoir tué leurs camarades. Oswald Crespi connaissant un peu l'allemand essaie d'expliquer les raisons pour lesquelles l'équipe transporte des cadavres allemands. Jean Caloone présente ses papiers, mais l'officier S.S. rugit : « Nicht Rote Kreuz, Terrorist ! »

Et il s'apprête à faire fusiller sur place les équipiers, alignés devant le mur du transformateur, quand intervient une postière allemande qui parlemente...L'officier libère les équipiers en leur ordonnant de marcher au milieu de la route sans se retourner et de déposer les corps à la caserne des pompiers de Lomme.

Quittes pour la peur, les équipiers arrivent chez les pompiers qui conseillent de conduire les corps au cimetière de Mont à Camp ; ce qui est fait...  » ( à suivre)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article