PHILIPPE CALAIS 65 ANS

Publié le par lambersart-yvon cousin

Il est de ces hommes qui traversent la vie sans tapage, sans méchanceté mais avec le désir de servir sans même attendre de reconnaissance.

Je ne le connaissais pas particulièrement sauf à le rencontrer dans des cérémonies ou des réunions d'élus. Sauf aussi à m'asseoir à sa table lors du festival annuel des Seven Nights to Blues de Saint André.

Il n'en faut pas plus pour regretter sa mort brutale et le saluer ici comme un homme de bien qui a honoré sa fonction d'élu.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article