LE DESSOUS DES CARTES

Publié le par lambersart-yvon cousin

Quand on n'a plus confiance, on n'a plus confiance ! La délibération sur les Muchaux a été présentée vendredi à la MEL par M.P. Daubresse en tant que vice-président .
J'avais cru comprendre dans sa conférence de presse de rentrée qu'il modérerait son appétit d'avaler les terres agricoles.

Après les avis défavorables ou les réserves  des associations environnementales, de la Commission départementale de protection des espaces agricoles, de l'agence régionale de santé, de la chambre d'agriculture...et surtout du commissaire enquêteur désigné par le tribunal administratif, je ne m'étonnais pas de voir le projet repoussé de plusieurs années ( et peut-être définitivement?,.) Solution de sagesse.

Une première délibération de la MEL laissait supposer qu'on allait dans le bon sens. Avec mes collègues du groupe des Indépendants, j'ai proposé de supprimer dans le texte la disposition permettant de prendre « tout ou partie » des terres cultivées. Accepté !

On pouvait donc espérer que M P Daubresse , vice président de la MEL et maire de Lambersart – juge et partie en quelque sorte -concrétise sa bonne volonté affichée en freinant sa gourmandise foncière.

Que nenni ! Quand il a fallu écrire, noir sur blanc, que la procédure d'expropriation éventuelle ne serait engagée qu'après les nouvelles réflexions et après l'élaboration d'un nouveau projet tenant compte d'une sauvegarde raisonnable des terres agricoles , il n'y avait plus d'écoute ! C'était « niet » !

On se trouvait donc dans la situation d'un interlocuteur qui donnait d'une main pour mieux reprendre de l'autre !

Avec les écologistes du groupe EELV j'ai donc voté contre cette délibération machiavélique. Malgré cela, parce qu'il est de tradition à la MEL que les maires ne s'opposent pas aux projets de leurs collègues, le texte a été adopté.

Je souhaite donc patience et courage aux membres du collectif des Muchaux. Ils n'ont, hélas, pas encore gagné !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article