des pseudo-citoyens portent plainte

Publié le par lambersart-yvon cousin

des pseudo-citoyens portent plainte

~~~~20 Minutes article de Gilles Durand Publié le 26.04.2016

: Une tribune du journal municipal de Lambersart, qualifiant certains habitants de « pseudo-citoyens » fait l’objet d’une plainte pour injure publique… Le terme « pseudo-citoyens » est-il une injure ? Le tribunal de Lille va sans doute devoir se pencher sur la question.

Les élus d’opposition, une association et un habitant de Lambersart ont décidé de porter conjointement plainte pour injure publique contre X après la parution, en janvier 2016, d’une tribune politique dans le journal municipal Lambersart Infos. En cause, une phrase où les plaignants sont qualifiés de « pseudo-citoyens ».

« Nous sommes très en colère. Pseudo signifie faux : nous serions donc des faux citoyens, alors que nous représentons presque la moitié des Lambersartois », s’emporte Yvon Cousin, conseiller municipal d’opposition La pilule a d’autant plus de mal à passer dans la mesure où l’article est intitulé « 2016, année de la citoyenneté ». « Ce n’est pas la première fois que nous sommes attaqués, poursuit Yvon Cousin. En mai 2015, une autre tribune disait que nous pataugions dans notre caniveau ».

Par ailleurs, l’association des Habitants de Canteleu, qui s’associe à cette plainte, est accusée, dans cet article, de procéder à des « recours abusifs ». « Nous assumons d’être opposés à la politique immobilière de la majorité », souligne Renaud Korber, président de l’association.

Idem pour Eric Darques, figure de la lutte contre la corruption dans le Nord. « Que je sache, je n’ai pas encore été déchu de ma nationalité, donc me retirer ce titre de citoyen est insultant », explique-t-il.

Le maire assume Même si la plainte a été déposée contre X, la justice n’aura pas à chercher bien loin pour trouver l’auteur de cette tribune signée du groupe Lambersart Passionnément associé à un faux numéro de portable.

Le maire (LR) de Lambersart et ancien ministre, Marc-Philippe Daubresse, reconnaît la paternité des écrits : « Il n’y a rien de diffamatoire dans ce texte. J’estime que ces gens utilisent à mauvais escient le mot citoyen. Je ne les traite pas de sous-citoyen, ni de non-citoyen. J’explique simplement qu’ils se drapent dans le manteau de la citoyenneté pour défendre des intérêts politiciens ou partisans ». Pour Marc-Philippe DAUBRESSE, « cette plainte, c’est la réponse du berger à la bergère ». « J’ai déposé une plainte pour diffamation contre Éric DARQUES à propos de son livre* il y a quelques semaines », note-t-il. La tension des prochains conseils municipaux risque d’être encore plus électrique.

* « Au nord, il y avait les corrom… pus », Ed. Archipel

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article