Sursaut ou parano ?

Publié le par lambersart-yvon cousin

~En différé du Conseil municipal du 6 juillet :

~Monsieur le maire, A plusieurs reprises nous vous avons dit et redit que l'état de crise morale et civique voire de déliquescence de notre pays , nécessitait des mesures adaptées et innovantes , en priorité auprès des adolescents et des jeunes. Nous vous en avons proposé quelques unes. Au lendemain des attentats terroristes de janvier, vous nous avez annoncé ,à grand renfort médiatique, un « sursaut républicain ».Nous vous avons cru. Vous avez envisagé quelques mesures dont certaines nous ont fait sourire comme celle « d'organiser avant l'été des exercices de simulation de prise d'otages ou d'action terroriste ». Plus sérieusement vous avez annoncé « la création d'un groupe de travail pour comparer nos idées et proposé des actions concrètes » et qu'il en serait rendu compte aux deux conseils municipaux suivants, c'est à dire celui d'avril et celui d'aujourd'hui. Evidemment ce groupe de travail n'a jamais vu le jour. Vous avez aussi proposé « d'aller au delà des beaux discours » en créant un groupe de travail traitant spécifiquement des adolescents avant fin juin. Nous voici en juillet .Avez-vous oublié ? Ne s'agissait-il que d' occuper le terrain médiatique ? Attelez-vous aux problèmes des adolescents et des jeunes, M.le Maire. Pour la nième fois nous vous rappelons cette belle formule du professeur Jamet « si tout se prépare dans l'enfance, tout se joue à l'adolescence ».

COMMENTAIRE : Pas heureux le maire de s'entendre rappeler des promesses non tenues.! Alors il a attaqué sur un détail : la critique de l'exercice de simulation de prise d'otages .Peut être n'a t il pas encore compris qu'en cas de prise d'otage ou d'attentat c'est le préfet qui va gérer la situation. Encore faut-il qu'il ait pris ,lui,toutes les mesures éducatives , sociales et de sécurité pour que les auteurs de ces crimes ne soient pas lambersartois. ou qu'ils soient empêchés de commettre leur forfait .Voilà qui est plus difficile . La prévention est de sa compétence, la gestion de crise ne l'est pas

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article