APRES CHARLIE 3 et fin

Publié le par lambersart-yvon cousin

Que faire pour que perdure le sursaut républicain qui s'est manifesté le 11 janvier ?

Évitons les propositions qui n'ont d'autre effet que de « faire le buzz » . Et restons réalistes . Les groupes de travail de « Lambersart,le cœur en plus ! » ont choisi les adolescents comme public prioritaire à suivre, à accompagner voire à guider éventuellement.

Pour mener à bien cette tâche , trois conditions sont à remplir: la coordination de toutes les institutions (cf textes des5 et 11 mars) ; le soutien réel aux activités citoyennes ; la mise à profit éducatif des activités périscolaires.

SOUTIEN FRANC AUX ACTIVITÉS CITOYENNES :

Si l'on admet qu'une grande part de la citoyenneté réside dans la recherche du « vivre ensemble », alors il faut favoriser les actions culturelles, sportives, caritatives...qui accueillent et impliquent les jeunes. Même si cela doit se faire parfois au détriment d'actions ne bénéficiant qu'aux adultes. Pourquoi ? Parce que ces activités développeront chez nos ados et nos jeunes le respect des hommes,du passé , des règles et des codes qui harmonisent la vie collective.
Dans le même état d'esprit les élus et les services communaux devraient soutenir et même favoriser les associations qui proposent des actions citoyennes aux jeunes. Certaines pourraient en intégrer quelques uns dans leur conseil d'administration . D'autres cherchent une aide ou une relève : les Amitiés Internationales, le Don du Sang, le Souvenir Français,... par exemple. Il faut donc inventer des moyens originaux d'intégration de notre jeunesse.

La Ville pourrait aussi éveiller ou développer le sentiment d'appartenance à la communauté française en pavoisant toute l'année les bâtiments publics . Aux USA,malgré le multiculturalisme,le salut au drapeau est un rite inscrit dans cette appartenance à la nation.

De même, ne faudrait-il pas encourager et aider à l'augmentation du nombre de petites structures telles « l'aide aux devoirs, » comme cela se vit déjà au Pacot-Vandracq ? Les collégiens et même les lycéens devraient pouvoir en bénéficier aussi . Comme nous l'avons écrit, les contacts entre adultes-aidant et jeunes , sous toutes les formes, sont indispensables. Le scoutisme en est une forme originale. Sont-ils suffisants pour empêcher la dérive ou la radicalisation de certains ? Sans doute que non mais un adolescent, un jeune reconnu,encadré, encouragé, libre mais conscient de ses propos sera peut-être moins enclin à se laisser entraîner vers des causes violentes.

LA MISE A PROFIT DES ACTIVITÉS PÉRISCOLAIRES :

Entendons par là des activités hors du monde scolaire. Des activités destinées aux petits élèves, aux collégiens, aux lycéens qui permettent « la supervision » telle que nous l'avons présentée.

Ces activités sont multiples et les animateurs ne manquent pas d'imagination pour les mettre en œuvre. Par exemple, Lambersart proposait il y a une dizaine d'années du débat théâtralisé et avait inventé deux jeux éducatifs « Cité Civique » et « Enquête en cours ». Il faudrait les réhabiliter. Mais il faut surtout que soient ancrées des obligations dans l'esprit des animateurs .Nul animateur ne devrait être embauché et pouvoir travailler avec le jeune public s'il n'est convaincu et capable d'avoir une écoute active,de donner des repères , de faire accepter les codes et de transmettre des valeurs sous forme ludiques. Il s'agit là d'exigences qui excluent les embauches dans des conditions troubles.

CONCLUSION :

EVIDEMMENT ,toutes ces idées , fruit d'une première réflexion collective méritent d'être complétées et adaptées. Même si elles ne sont pas originales elles ont le mérite d'être réalistes, peu coûteuses et elles peuvent être rapidement mises en œuvre.
Elles ne prétendent pas être la panacée qui n'existe d'ailleurs pas dans ce domaine complexe de la recherche des vertus républicaines.
Le groupe « Lambersart,le cœur en plus ! » apporte sa pièce à l'édifice . Le débat est ouvert.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article